J 38 – Abel Tasman National Park

18 06 2011

Marahau, samedi 18 juin 2011, 8h30
Trajet : Marahau
D = 5565.4 Km

Dehors la pluie se déchaîne par intermittence : une averse chaque dix minutes. De nombreuses personnes m’avaient vanté Nelson, comme l’une des régions les plus ensoleillées de Nouvelle Zélande, tout comme la West Coast, l’endroit le plus pluvieux. Il semblerait que j’expérimente plutôt l’inverse. Depuis la fenêtre, je peux admirer une baie, vidée de son eau par la marée basse. La rive est découpée, la forêt dense descend jusqu’à la vase, d’étroits ruisseaux convoient l’eau douce jusqu’à la mer, serpentant sur le plat estuaire. Le paysage me fascine. Si je tourne casaque en raison de la météo, je sais pertinemment que je vais regretter amèrement de ne pas avoir bravé les éléments. Reste à savoir quel itinéraire je vais choisir. D’entrée, la longue marche Bark Bay – Marahau est exclue, marcher une journée sous la pluie ne me tente guère – je ne suis plus à Rakiura Islands –, ni sur la West Coast, encore moins dans le Fjordland. Le nombre d’arrêt afin de profiter du panorama ne sera pas moindre en raison du temps. Leur durée sera par contre écourtée, il n’est pas sûr que je recherche absolument un meilleur point de vue sur le paysage, vaquant de-ci de-là. Le trajet Bark Bay – Anchorage ne me tente pas trop, car je risque bien d’attendre le bateau taxi pendant 2h30, ce qui ne m’enchante guère. Finalement, une des meilleures solutions serait de débarquer à Anchorage et de revenir à pied jusqu’à Marahau, exempt de tout horaire. Je pourrai profiter de descendre jusqu’aux multiples baies si le temps s’éclaircit ou au contraire presser le pas si la pluie continue à tomber. Dans tous les cas, à mon arrivée, il ne me restera qu’à prendre le volant.

Alors que j’arrive au bureau de Marahau Water Taxi, j’apprends qu’aujourd’hui ils n’opèrent pas de liaison en raison de la météo, jugée exécrable. Ils m’indiquent par contre que leurs collègues d’Aqua-Taxi assurent leur service. Equipé de mes habits imperméables, la demoiselle à la réception me regarde avec des yeux écarquillés, lorsqu’après les salutations d’usage j’ajoute « il paraît que vous opérer des bateaux-taxi aujourd’hui ». Le patron sortira même de son bureau pour venir voir quel énergumène a décidé d’aller se promener aujourd’hui sur le sentier. Départ dans un peu moins d’une heure, juste le temps de recharger les batteries, écrire un billet.

Dehors, les gouttes forment un rideau d’eau. Cette fois-ci, il ne s’agit plus de quelques douches par intermittences, mais d’une véritable pluie faite pour durer. J’apprends qu’il s’agit des résidus nuageux qui a valu à l’Australie quelques inondations dans le sud-est. Je dis déjà adieu aux paysagex de carte postale : eau azur, à peine ridée par le vent, plages de sable fin resplendissantes au soleil, panorama à perte de vue sur les îles et les baies, …

Le reste des aventures et les photos de la journée, la prochaine fois que je me connecterai, sans doute quand je serai de retour à Windy Welly.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :