J39 – Nelson et retour à Wellington

19 06 2011

Ferry, Cook’s Straight, dimanche 19 juin 2011, 18h30

Trajet : Nelson – Picton – Wellington

D = 5799.0 km

Alors que hier soir les contours de la lune se laissaient deviner à travers les nuages, il s’est remis à pleuvoir le reste de la nuit. Ce matin, seule une petite bruine tenace continue à tomber. Comme l’idée de préparer eggs and bacons par ce temps humide et venteux ne me plaît guère, je me contente d’une grosse tasse de lait accompagnée de quelques petites tartines beurrées, confiturées et miellées. Bien qu’il soit déjà neuf heures, je profite de la quiétude de ce dimanche matin pour déambuler dans cette ville désertée par ses habitants. Malgré les nombreuses échoppes fermées, le calme environnant, l’absence de voiture sur les innombrables places de stationnement, son ambiance ne ressemble pas à celle que j’avais trouvée dans ces villes côtières telles Hokitika ou Raglan, mortes une fois les touristes envolés. Elle se rapproche plutôt d’une cité endormie que bientôt les habitants envahiront d’une activité bourdonnante.

Arrivé à Christ Church Cathedral, occupée par la messe dominicale, je redescends la butte en direction de South Street. Je découvre dans cette rue en cul-de-sac deux alignées de cottages construit entre 1863 et 1867. Aucune construction plus récente ne vient gâcher le cachet de cette venelle, la plus veille de Nouvelle-Zélande, conservée dans son état original. Un peu plus bas, j’admire l’échoppe de Jens Hansen, un orfèvre mondialement reconnu, et surtout connu pour être l’artisan de l’Anneau Unique. Pour la petite histoire, afin que ce dernier soit à la bonne taille pour les différents doigts auxquels il fut passé durant le film, plus de 40 ont été forgés. Parmi ses œuvres exposées en vitrine, pendentifs, bracelets d’or ou d’argent finement ciselés, j’apprécie grandement les deux boucles d’oreilles en forme de feuille aux nombreuses nervures.

Lorsque je pénètre dans le musée Nelson Provincial Museum, la ville est toujours déserte. Me serais-je trompé sur son état, serait-elle décédée dans son sommeil? Si je m’attendais à  un aménagement et des objets de plus grande qualité en raison de l’importance de la ville, par rapport à d’autres musées locaux, j’ai découvert une perle rare de muséologie : les pièces sont mises en valeurs élégamment, les textes explicatifs sont concis et intéressants, l’exposition est dynamique. Un vrai plaisir à visiter. L’histoire régionale est racontée au travers de fossiles, racontant l’émergence de l’île, d’anciennes haches polies en pounamu retraçant la colonisation maorie, l’apport des métaux avec l’arrivée des européens. D’autres spécificités locales sont abordées, comme le travail de la terre cuite, avec la richesse argileuse du sous-sol nelsonien : d’abord pour la fabrication de briques, puis à partir du XXe dans la poterie et les arts décoratifs. Ou la faune avec un papillon endémique à Dun Mountain et les célèbres sternes arctiques, migrant de l’Alaska en Nouvelle-Zélande et vice-versa. Ou encore, la sombre histoire de meurtres et de brigandages par un gang de quatre étrangers à la fin du XIXe siècle. A l’étage, l’exposition temporaire retrace l’œuvre photographique de Bush, un kiwi qui immortalisa les glorieux et moins glorieux instants des All Blacks des années 1970 jusqu’à nos jours.

En fin de matinée, la ville est devenue une ruche bourdonnante : les magasins ont ouvert leur porte, les rues sont remplies de voitures vrombissantes, couples et familles se baladent sur les larges trottoirs. L’atmosphère y est détendue. Si le soleil ne brille pas encore, seul un sol humide rappelle qu’il pleuvait encore il y a deux heures. Avant de quitter le centre, un petit détour me ramène près de Christ Church Cathedral. Son histoire m’attire comme un ours par du miel. Si sa construction a débuté en 1925, elle ne fut achevée que 47 ans après la pose de la première pierre. Après de nombreux retards, un débat vit le jour dans les années 1950, afin de savoir si sa construction devait être achevée selon son dessin originel, de type art-déco. Les arguments pour l’ayant emporté, elle fut consacrée en 1972. Aujourd’hui sa silhouette particulière orne la colline dominant Trafalgar Street. Un clocher carré, élancé, percé de nombreuses ouvertures domine un corps trapus, possédant la couleur grise du marbre locale. L’ensemble ne me semble guère harmonieux et seules les arcades néo-gothiques  intérieures et les gargouilles extérieures sont réellement intéressantes.

Avant de quitter la ville, un dernier détour m’amène à la réserve botanique, étendant son royaume sur Botanical Hill. Au pied de la colline, un terrain de football. Détrempé par la pluie de ces derniers jours, il ne présente guère d’intérêt. Il fut toutefois une époque où le site arborait des goals de rugby. Le 14 mai 1870 se joua le premier match officiel de rugby de Nouvelle-Zélande, opposant le Nelson Rugby Club au Nelson College, qui perdit 2-0. De là, un sentier, passant au pied d’un Kauri planté en 1951, gravit la colline pour arriver, à son sommet, au Centre de la Nouvelle-Zélande. Titre particulièrement envié, mais sur quoi est-il fondé? simple calcul de distance, pondération élégante distance-densité du terrain, à moins que l’élévation du sol ne soit prise en compte ? La réponse est tout autre, le choix fut plus empirique. Bien que Nelson soit construit autour de Pikimai, la colline où est érigée la cathédrale, le sommet de Botanical Hill devint le point de référence géodésique pour le district de Nelson. Or Nelson étant le district central parmi les 12 autres de Nouvelle-Zélande, il découla que ce point devint le Centre de la Nouvelle-Zélande. Durant l’ascension, je trouvais aussi que la coïncidence entre un véritable centre géographique, savamment calculé, et un point placé exactement au sommet d’une colline d’où la vue porte sur Tasman Bay et le district de Nelson était bien trop grande.

Hier, lors de mon arrivée à Nelson, j’avais observé une longue langue de terre, Boulder Bank, provenant du Nord, protégeant la rade Nelson Havent de Tasman Bay. Au musée, j’ai appris qu’une ouverture, dénommée simplement The Cut, avait été pratiquée dans ce banc en 1906 afin de permettre un accès facilité au port par marée haute pour les bâtiments de forts tonnages et permettre le trafic maritime de bateaux plus petits à toute heure. Il est temps maintenant d’aller observer cette formation géologique, unique en Nouvelle-Zélande. Longue de 13.5 kilomètres cette barrières est constituée par les pierres anguleuses issus des falaises granitiques de MacKay’s Bluff. Peu à peu poussés par les courants marins et les vagues de la mer de Tasmanie, les cailloux s’arrondissent, deviennent des boules – boulders –. Leur taille va en s’amoindrissant à mesure que l’on rejoint l’extrémité du banc. Ce processus, toujours actif de nos jours, implique de drainer régulièrement le canal maritime. Comme pour toute chose en Nouvelle-Zélande, au pendant scientifique, il existe la légende maorie. Cette dernière veut que Kereopa, poursuivi par Kupe, après avoir enlevé sa fille avec Pani, invoqua les dieux pour qu’ils élèvent une barrière entre les deux, cette dernière poussa depuis Horoirangi (MacKay’s Bluff), et les sépara, permettant à Kereopa de rejoindre la terre et de s’enfuir.

Après avoir arpenté quelques centaines de mètres le banc, j’effectue un dernier arrêt à Glenduan, où un sentier montant à travers les pâturages permet de prendre de la hauteur pour observer Boulder Bank. Tout au long de cette balade, les abondantes précipitations de ces derniers jours sont visibles : un ruisseau nécessite des habitudes de creek crossing pour le traverser, de l’autre côté le sol, imbibé d’eau, est rendu moelleux, presque boueux; un étrange bruit de succion émane des prairies, à mesure que l’eau est aspirée par l’humus, l’eau ruisselle encore le long du sentier. A la fin de la ballade, mes souliers seront recouverts d’une pellicule beige, alors que des éclaboussures maculent mes mollets. La colline se situe à proximité de MacKay’s Bluff, la vue sur le Boulder Bank s’étend dans la prolongation de la côte est magnifique, tout comme le panorama sur Tasman Bay et la silhouette de l’Abel Tasman National Park se découpe sur l’horizon ouest. Au nord, le soleil éclaire même la mer à travers une éclaircie.

De retour à Hibiscus vers 14h00, il est temps que j’avance un petit peu, si je veux profiter de jeter un dernier regard sur les Marlborough Sounds, avant d’embarquer ce soir à Picton sur un ferry à destination de Wellington. Mon retour ne sera pas aussi enchanteur qu’à mon arrivée la première fois, lorsque j’avais été impressionné par ces grandes forêts plongeant jusqu’au bord de l’eau. Alors qu’il y a un mois, je ne trouvais pas étrange l’alignement des pins, aujourd’hui je trouve dommage que ce soit des forêts artificielles qui recouvrent la région. Quelques kilomètres avant d’arriver à Pelorus, la route, qui serpentait à flanc de montagne descend dans la plaine de Rai Valley. Plus qu’ailleurs les conséquences de la pluie sont visibles, Pelorus River est sortie de son lit, envahissant les champs. Les barrières délimitant les pâturages disparaissent dans des étangs nouvellement créés, vaches et moutons se réfugient sur les prairies surélevées.

Arrivé à Havelock, capitale mondiale de la moule verte (Greenshell mussel), l’arrêt gastronomique est obligatoire. D’ailleurs le Lonely Planet considère qu’un arrêt à The Wakamarinian Cafe est nécessaire pour déguster leur excellente pie – feuilleté – ou se consoler avec l’une des nombreuses pâtisseries, confectionnées par Beth et Laurie, le couple de tenanciers. Par chance, il leur reste une dernière Mussel Pie. Pendant qu’un passage au four la réchauffe, je me décide pour raspberry-white-chocolate shortcake comme dessert. Le feuilleté est succulent, sans aucun doute le meilleur que j’aie mangé en Nouvelle-Zélande, croustillant à l’extérieur, alors que la farce à base de moule est tout simplement excellente et respire la mer. Je ne parlerai même pas du dessert, une véritable délicatesse. Une fois goûté, la célèbre phrase de Beth prend tout son sens : « If you don’t love the raspberry-white-chocolate shortcake, there must be something wrong with you » (Si vous n’aimez pas le gâteau raspberry chocolat blanc, alors il y a quelques choses qui cloche chez vous).

Avant d’emprunter les 30 kilomètres de Queen Charlotte Drive, je me balade un peu dans ce village, dont l’école a éduqué Ernst Rutherford, l’un des pères de la physique nucléaire au même titre qu’Einstein. Derrière l’hôtel, je découvre une assemblée d’une centaine de chasseurs et habitants, admirant le produit de leur chasse : 68 sangliers sauvages, abattus entre samedi et dimanche midi. Un nombre important compte tenu de la météo difficile du weekend. Après discussions avec l’une des chasseurs, j’apprends qu’il s’agit d’une compétition, avec semble-t-il un joli lot pour le vainqueur, celui ayant tiré le plus lourd. Ayant appris que je regagnais Picton par Queen Charlotte Drive, elle me met en garde contre la détérioration rapide de la route durant ces derniers jours. Je comprendrai le sens de ses propos lorsque roulant je découvrirai des portions entières de route – une vingtaine de mètre de long –, dont l’une des voie s’est affaissée d’un mètre, comme croquée par un gigantesque requin, ou au contraire recouverte par la terre et les arbres suites à un glissement de terrain. Un véritable slalom pour automobile.

Si la route est trois fois plus courte que l’itinéraire standard passant par Blenheim, il faut compter le même temps pour effectuer le trajet sur un itinéraire qui se tortille, par monts et par vaux, épousant la forme sinueuse de Queen Charlotte Sounds. La forêt ayant retrouvé son caractère sauvage, la vue est scénique. Au bout d’un promontoire j’apprécierai la dernière ébauche d’un coucher de soleil sur South Island. Au travers d’une éclaircie, les nuages teintés de rose par le crépuscule naissant se reflètent sur les eaux calmes du sound. L’arrêt se prolonge! que de regrets de déjà quitter cette île si merveilleuse, emplie d’innombrables balades à effectuer, de nombreux treks à parcourir, de régions à découvrir plus profondément. Dans mon esprit germe déjà l’unique solution d’y revenir un jour. Je parcours les derniers kilomètres me séparant de Picton alors que l’obscurité s’est saisie des vallées.

L’embarquement sur le MV Straitsman n’ayant lieu qu’à 21h00, j’ai le temps de passer au supermarché pour acheter quelques bières brassées sur South Island à déguster dans la suite de mon périple, me mitonner une bonne platelée de pâtes chaudes, rédiger mes mémoires, apprécier une dernière Tu au Flying Haggis. Avant l’embarquement, un contrôleur de sécurité passe de voiture en voiture afin de contrôler l’état de nos chaussures. En effet, afin d’éviter la propagation de la Dydimo, une algue envahissante et nocive pour les rivières, ayant déjà colonisé un certain nombre de cours d’eau, il est nécessaire de bien laver ses souliers à l’eau savonneuse. Cette habitude faisait partie de mes mœurs : après chaque ballade où mes souliers étaient en contact avec de l’eau, je nettoyais les semelles avec de l’eau additionnée de savon – un contact de 30 secondes avec de l’eau chargée en détergeant permet d’enlever toute trace de dydimo –. A Whakapapa Village, j’avais récupéré l’une des bouteilles à spray gratuitement mise à disposition par le DOC afin de responsabiliser les touristes. L’agent sera d’ailleurs surpris de l’état de mes souliers, et restera bouche-bée devant la présence de la bouteille, reconnaissable à son étiquette jaune. Me félicitant, car il ne voit que trop rarement des backpackers se soucier de ce problème majeur.

Depuis sa sortie de Queen Charlotte Sound, il y a une petite heure, le bateau ne cesse de rouler dans les vagues du détroit de Cook. Ce mouvement, ajouté au doux ronronnement des moteurs, ne cesse de me bercer, peut être finirai-je par m’endormir avant de débarquer à Wellington d’ici une autre heure.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités