Le Bisse de Clavau

25 09 2011

Ecublens, lundi le 26 septembre 2011

 Aux alentours de 11h00, Valérie, accompagnée d’Özgür et de Vanessa me récupère en voiture à Riddes. Une fois la voiture à Platta (Sion, VS), ils ne nous restent plus qu’à parcourir qu’une petite centaine de mètres avant de nous retrouver dans le vignoble. Une petite route s’élève parmi les vignes en terrasses, bordée en amont par un mur de pierres sèches, percés de quelques anfractuosités, dans lesquelles sont construites des escaliers. Au bout d’un petit kilomètre nous rejoignons le bisse de Clavau. Pour les férus d’histoire, sachez qu’il fut construit au milieu du XVème siècle, déjà afin d’irriguer les vignes du coteau.

De toute la balade, nous ne quitterons plus les abords du bisse, bercé par le charmant murmure du court d’eau. Surplombant la plaine du Rhône de Sion jusqu’à Saint-Léonard, la vue s’étends au loin sur les Alpes, jusqu’à la Dent d’Hérens ou le Bietschhorn. Plus proche, le profil du Christ-Roi se détache à contrejour, Haute de 15 mètre, l’immense statue représentant Jésus domine du sommet du Châtelard le Valais Central. Autour de nous, les vignes occupent tout l’espace. Quelques étroits sentiers et abruptes routes mènent jusqu’aux mazots disséminés parmi les nombreuses terrasses. Lignes de petit téléphérique et monorails circulent à travers les parcelles, sautent les murets, glissent vers la plaine, … autrefois régulièrement utilisé pour sortir les récoltes, il est aujourd’hui remplacé par le transport héliporté des vendanges.

Au fond d’une combe, un banc nous attend à l’ombre d’un noyer. L’endroit est idéal : de mon sac surgit une bouteille fraîche, une baguette campagnarde, une saucisse et quelques morceaux de fromage. Alors que nous prenons l’apéro, quelques promeneurs nous saluerons aimablement. Il est toutefois facile d’imaginer à leur expression qu’ils sont un peu jaloux. Restauré, il est l’heure de poursuivre notre ballade.

Aux granges, le bisse sort du vallon de la Liène. Si tout au long du coteau, son lit est taillé à même la terre, en amont, l’eau coule dans des constructions métalliques, tantôt remplacées par une canalisation. En amont, les vignes sont remplacés par des prés verdoyants où il fait bon de s’allonger au soleil, en attendant les retardataires. Séparé du sentier par une haie touffue, cette dernière s’élève en une épaisse canopée ombrageant le chemin. Après avoir enjambé un court d’eau ruisselan, le bisse s’enfonce dans la montagne, pour ne ressortir du tunnel qu’une cinquantaine de mètres plus loin. Peu après, arrivé au lieu-dit du Zampon, où se dresse de mazots, nous redescendons jusqu’en plaine, suivant un petit chemin zigzaguant dans les vignes.

Une fois arrivé au fond du vallon, nous sommes dépassé par une voiture tout terrain aux couleurs d’AirGlacier. Quelques centaines de mètres plus loin, un agent vêtu d’une chasuble jaune, portant au casque microphone et oreillettes nous fait signe de nous arrêter : un hélicoptère vient livrer la vendange. L’opération est rapide, il faudra moins de 30 secondes pour que la bâche contenant la récolte soit déposée et seulement quelques minutes pour qu’elle soit chargée sur une camionnette. Peu après, la jeep revient, emporte l’agent et démarre rapidement vers une nouvelle destination. Au coût horaire de l’héliportage, il faut que les manoeuvres soient rapides pour être rentables.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Actions

Information

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :