Sous le miroir d’Argentine

10 08 2012

Trajet :           Barboleuse – Solalex – Barboleuse

Samedi 18 août 2012, 12h30, train Renens VD – Zürich HB

Après une magnifique soirée, nous allons nous coucher bien avant notre heure habituelle. Il est tout juste passé minuit quand je monte sur le toit pour m’installer. La lune n’est pas encore levée et je regarder la voûte céleste. Devant les astres immobiles, la brève traînée d’une étoile filante illumine de temps à autre le firmament, alors que deux chauves-souris volètent autour du toit.

Le matin venu, la table du petit déjeuner est prête quand mes deux collègues émergent enfin de leur chambre. Une petite vingtaine de minutes plus tard, nous nous régalons d’œufs brouillés et de bacon, arrosé de thé chaï. Décidé pour une petite balade, notre choix se porte sur la boucle Barboleuse-Solalex et sa vue sur le miroir d’Argentine, une magnifique dalle corallienne, dressée presque à la verticale dans le massif éponyme. Depuis des années, chaque soir passé à ce chalet, je l’observe lorsqu’elle se pare de milles couleurs au coucher du soleil.

Partis de Barboleuse, nous descendons au fond du vallon pour remonter à flanc de l’ubac. Longeant la rivière, nous découvrons tour à tour des clairières où broutent de paisibles vaches, l’ombre rafraîchissante des conifères, un petit ru remuant ou encore des champs composés de magnifiques et hautes fleurs jaunes sur lesquelles abeilles et papillons viennent butiner. A mi-chemin, au lieu-dit de la Benjamine, les anciens ont élevés une cabane. Pour la protéger des dangers de la montagne et des touristes, au-dessus de la porte, un panneau s’orne de l’inscription suivante :

 « Gentils lutins des bois, génies de nos monts,
Protégez cet abri, que domine Argentine
Et vous forestiers, touristes, bûcherons,
Aimez et respectez la jeune Benjamine 
»

La Benjamine

En milieu d’après-midi, alors que nous sortons de la forêt, les verts pâturages de l’alpage de Solalex s’étendent dans la plaine au fond du vallon. Aucun bruit de véhicules dans ce village d’alpage, seuls les babillements incessants des touristes troublent le calme. Enchâssé entre les versants vertigineux, dominé par le miroir d’Argentine, loin du bruit des voitures, il possède presque l’éclat d’une perle dans un écrin. Finalement, nous revenons jusqu’à Barboleuse en suivant l’autre versant. La vue sur le massif d’Argentine est plus saisissante. Il faut dire que les montagnes n’apparaissent pas écrasées par une perspective en enfilade.

Le Miroir d’Argentine

De retour au chalet, cinq autres hôtes nous rejoignent bientôt aux Tailles. Nous profitions des derniers rayons du soleil pour prendre un verre sur la terrasse avant de regagner la galerie pour continue l’apéro. A l’arrivée du dernier membre du groupe, il est temps de préparer le feu pour les grillades. Bien après le repas, accompagnés de quelques mojitos, nous grimpons sur le toit pour profiter de quelques étoiles filantes. Les discussions et remarques allant bon train, ce n’est que tard dans la nuit que je finirais par m’endormir. Au petit matin, j’admire une dernière fois un magnifique lever de soleil, avant de rôtir à nouveau sous les rayons ardents.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

P.S. Il semblerait que nous n’ayons pas perduré la tradition de Solalex, qui est d’y manger une meringue à la crème.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :