J48 – Sur le chemin du retour

28 06 2011

Orere Point, Hauraki, mardi 28 juin 2011, 21h45

Trajet : Crosbies Hut – Thames – Te Puru – Orere Point

D = 7301.2 km

Depuis hier soir, rafales et averses ne cessent de se battre afin d’obtenir la palme d’or du bruitage. Alors que la pluie fait des claquettes sur le toit, le vent considère le conduit de cheminée comme une flûte. Bercé par cette mélopée au rythme anarchique, je terminerai rapidement dans les bras de Morphée. A mon réveil, un rapide coup d’œil à travers la fenêtre m’apprend que la cabane est perdue dans les brumes. Les taillis, pourtant éloignés de seulement quelques mètres, ne sont que des ombres fantomatiques nimbées dans un blanc vaporeux. Alors que les six autres marcheurs dorment encore à point fermé, je prépare tranquillement la pâte de mes pancakes. Au deuxième, par l’odeur alléchée, Tom émerge en murmurant « Sounds good », autrement dit, « tout bon ». Quand toute l’équipe finira d’émerger une bonne heure plus tard, je serai fin prêt à partir. Le temps d’amener quelques bois de réserve jusqu’à la cabane et je me mettrai en route. Encore une fois, alors que je devrai admirer un magnifique panorama, le brouillard et nuages sont de la partie, je n’observerai point de lever de soleil, ni Table Mountain au loin ce matin.

Redescendant le raidillon péniblement gravi hier en fin d’après-midi, j’apprendrai à routscher sur le limon herbeux. L’exercice est plus périlleux que sur un névé, et surtout s’avère beaucoup plus salissant. Des éclaboussures de boue montent jusqu’au sommet des mollets. De retour à l’intersection, sans hésiter, je prends la direction de Thames. Si le sentier est plus large que celui d’hier, il est aussi boueux que Crosbies Clearing était marécageux. Limon, feuilles mortes et brindilles forment un humus moelleux, complètement détrempé par la pluie. Il est impossible de savoir si le pied va s’y enfoncer, ou si au contraire la surface est suffisamment solide pour soutenir votre poids. C’est ainsi que j’ai pris clairement conscience de l’origine du terme imbécile. Remontant au Moyen-Âge, l’imbécile est littéralement celui qui se déplace sans bâton. Il ne faut pas considérer la personne d’un certain âge ayant besoin d’une troisième jambe pour se mouvoir, mais plutôt du promeneur ou du pèlerin, faisant appel au bâton pour sonder son chemin et éviter d’être aspiré dans la fange et le bourbier.

Si, au début, le brouillard présent nimbant la frondaison des arbres donne un air de Brocéliande à cette forêt vierge, la pluie qui se met à tomber neutralise tous les charmes. Je n’ai que le temps d’enfiler ma veste, passer l’emballage étanche autour de mon sac que Toutatis se déchaîne, une averse drue se déverse sur les Coromandel Range. L’humus était déjà fortement imbibé, le voilà maintenant détrempé. Après avoir quitté la hutte, enfoncer mes souliers dans un peu d’humus m’embêtait déjà; maintenant peu m’importe si la boue monte que jusqu’au milieu des souliers, et d’ici quelques dizaines de minutes, je traverserai sans sourciller des zones marécageuses où l’eau arrive jusqu’au début des mollets. Seulement par deux fois des jurons s’échapperont de ma bouche lorsque j’enfoncerai semelles, chaussures, chevilles et mollets jusqu’au-dessous du genou dans une espèce de boue beige virant sur le brun composée d’humus décomposé et d’eau chargée en sédiments limoneux. La sensation gluante n’était pas des plus agréables, sans compter l’effort à fournir pour retirer sa jambe dans un grand bruit de succion. Mais la pluie abondante rincera rapidement shorts, mollets et chaussures : aucune trace extérieure ne restera de la mésaventure.

Un peu après avoir dépassé la mi-chemin, le sentier se détériore. La faute ne revient pas à la nature qui se serait déchaîné mais est imputable au forestier du DoC, qui, afin de venir débroussailler le chemin –  à la vue des traces ces derniers doivent utiliser un quad – creuse de gigantesques ornières, créant un andain de terre au milieu du chemin. Avec la pluie de cette nuit et de tout à l’heure, les deux ornières sont de véritables torrents, alors que la berne centrale, fraîchement constituée, s’écroule sous mes pas. Souliers enfoncés jusqu’à mi-hauteur, appuis délicats, sol glissant, la progression se fait plus lente. A moins de marcher à rythme plus que réduit, des gerbes d’éclaboussures aspergent les environs. Alors que mon pantalon avait réussi à garder une couleur noire, voilà que l’extrémité inférieure de chaque canon se teinte de beige. Peu à peu, la pluie cesse, mais il n’est pas encore question d’enlever les couches imperméables, fougères et arbustes, couverts d’eau, sont autant de piège à retardement.

Alors que je viens de franchir un tronçon spécialement humide, j’atteins l’orée. En contrebas, la forêt descend en pente douce dans le vallon; de part et d’autre, des flancs recouverts de végétation s’élèvent et se perdent dans les brumes; au loin, j’ai juste le temps d’apercevoir Firth of Thames avant qu’un nuage ne bouche à nouveau ma vue. Toutefois, le soleil commence à poindre, à ma verticale, la couverture s’est déchirée et laisse apercevoir le ciel bleu. D’ici quelques heures, le soleil brillera à nouveau pour quelques dizaines de minutes avant la prochaine ondée. Le chemin plonge à nouveau sous la canopée, la pente se fait légèrement plus raide, comme s’il était pressé d’arriver à Thames. Une bonne heure de marche plus tard et j’atteindrai les faubourgs. Je profite d’être à côté d’une rivière pour rincer mes souliers, nettoyer mes mollets et laver succinctement le bas de mes shorts, afin de faire meilleure figure pour l’étape suivante. Sur le bord de la SH25, je prends la pose officielle de l’autostoppeur désillusionné par le mauvais temps, le pouce levé, la veste entrouverte, le sac reposant négligemment sur l’une des jambes. Une, deux, trois voitures… La quatrième, au bout de dix minutes, s’arrête. Un couple de septuagénaire me ramène jusqu’à Te Puru. Chemin faisant nous discuterons de ma balade, des shegs – cormorans – se reposant sur les pierres à marée basse et de la météo pour la journée.

Déposé au bord de la route principale, 10 autres minutes me seront nécessaires pour rejoindre Hibiscus. Il pleut de nouveau, mais je ne sais point d’où proviennent ces gouttes: au-dessus de ma tête, le ciel est aussi bleu qu’en plein Sahara. Après avoir déposé mes affaires dans la cabine avant, je roule jusqu’aux plus proches toilettes publiques afin de faire un brin de nettoyage : chaussures, shorts, chaussettes, mollets, pieds, tout y passe. Rhabillé avec des vêtements, je reprends le chemin jusqu’à Thames, nommé par James Cook, car l’endroit lui rappelait le fleuve londonien.  En ce qui concerne la météo matinale, je ne peux qu’être d’accord. Alors que je parcours la vingtaine de kilomètres me séparant de la bourgade, le soleil se met à briller comme en plein été. Je m’arrêterai en chemin, m’installerai sur la grève en contrebas et profiterai d’une petite dizaine de minutes de parfaite procrastination à regarder les shegs tranquillement posés sur leur rocher, sans aucun souci.

Arrivé à Thames, je découvrirai que le Thames School of Mines Museum n’est malheureusement ouvert que du jeudi au dimanche. Il s’agit du dernier exemple existant encore sur les cinquante que comptait la péninsule à la fin du XIXe siècle. A défaut, je me rabattrai sur le musée historique local. J’y retrouverai l’histoire de l’exploitation aurifère, forestière, ainsi que des gumdiggers locaux. Mais j’apprendrai aussi que le nom de la péninsule provient du HMS Coromandel qui mouilla dans la baie, ainsi que de nombreux services en porcelaine de Chine qui étaient décorés avec des battements ou des scènes de la vie quotidienne de Thames. Un ou deux encarts me rafraîchiront la mémoire, comme le fait que Hotonui, la marae exposée à Auckland Museum, est celle gravée par la tribu ayant occupé Thames en 1878 et que la Nouvelle-Zélande fut le premier pays à accorder le droit de vote, en ce qui concerne les élections, aux femmes le 19 septembre 1893, le Nelson et l’Otago autorisant depuis 1867 les femmes propriétaires à exercer leur vote lors d’élections communales. Ou encore quelques nouveautés, comme ce poumon de fer, permettant de pallier une insuffisance respiratoire pour les nouveau-nés et les jeunes enfants. L’appareil ressemble à une véritable armoire frigorifique percée de deux hublots. Pour rien au monde, je n’aurai aimé être enfermé à l’intérieur de cet appareil.

En fin d’après-midi, je quitte les Coromandel et rejoins les rives situées de l’autre côté du Firth of Thames. Peu après Miranda, je m’arrête à proximité des marais afin de me prêter à l’observation ornithologique dans ce haut lieu pour volatiles migrants et locaux. Arrivé à la cache, un homme s’y trouve déjà, vêtu d’une tenue de camouflage. Kiwi, ayant vécu en Afrique, de retour dans son pays d’origine, ingénieur mécanicien de métier, féru d’oiseaux, il travaille bénévolement comme ornithologue pour le centre de faune aviaire de Miranda. Après avoir fait plus ample connaissance, il me demandera les raisons de mon arrêt et quels oiseaux j’ai déjà observé. A la première question, la réponse est double, d’une part la découverte, d’autre part, je ne me voyais pas passer en ligne droite de ce haut lieu d’observation avec un oncle ornithologue. A la deuxième, je me surprendrai moi-même avec le nombre d’oiseaux que j’ai vus ou entendus: pingouins, keas, albatros, tuis, fantails, morepork, robin, Oyestercatcher, sans compter les nombreuses mouettes, goélands et autres cormorans. Ce soir, je ferai la connaissance des Spoonbills, des oiseaux entièrement blancs, excepté la tête et le bec. A l’aide de ce dernier en forme de cuillère, il prospecte la vase en de lents mouvements semi-circulaires. J’apprendrai aussi à reconnaître les Wrybill au bec étrangement recourbé vers la droite.

Ce diaporama nécessite JavaScript.





J32 – Copland track : le retour et Fox Glacier

12 06 2011

Lake Matheson, West Coast, dimanche 12 juin 2011, 21h40

Trajet : Welcom Flat Hut – Fox Glacier – Lake Matheson
D = 4724.5 km

Alors que les premières lueurs de l’aube pointent, je me réveille, m’habille chaudement et rejoins la clairière des sources chaudes, d’où la vue sur les sommets est la plus belle. Trop rapidement le rose matinal pâlit, remplacé par une froide couleur blanche. Je retourne à la cuisine préparer mes pancakes matinales – il semblerait que cela soit devenu une tradition pour chaque premier déjeuner en cabane –. Annika me rejoint, quelques peu frigorifiée par les températures matinales. Il faut dire qu’elles doivent être proche du zéro de degré, mesurées positivement à l’intérieur et négativement dehors. Après s’être demandée pourquoi mon sac était si gros pendant tout un après-midi, elle possède enfin la réponse à ses questions. Il faut dire qu’entre transporter un curry, deux bouteilles de bières, des biscuits shortbreads, du chocolat, de quoi préparer des pancakes, du fromage et son pain, un peu de beurre, le matériel de cuisine, incluant réchaud, une casserole et une poêle, ainsi que sel et poivre, cela prend du volume.

Après un bon petit déjeuner, nous préparons nos affaires et repartons à quelques minutes d’intervalles en direction de la plaine. Les deux autres couples présents à Welcome Flat, séjournant dans des tentes, sont très surpris que nous ne profitions pas encore une fois des sources chaudes. Il faut dire que de leur côté, ils en abusent presque entre leur arrivée après la randonnée, durant la nuit et encore ce matin. Personnellement l’option ne me tente pas. Si cela était plus qu’agréable hier de se plonger dans l’eau brûlante après une longue randonnée, cela ne me tente guère d’y retourner le matin. Et je crois bien que cela m’enlèverai toute l’énergie que j’ai récupérée pendant une bonne nuit de sommeil.

Peu avant d’arriver au premier pont, je rejoins Annika, et nous retournerons sur nos pas ensembles, palabrant de choses et d’autres ou simplement en appréciant le silence de la vallée, troublé uniquement par quelques chants et vols d’oiseaux. Je vous passerai les détails du chemin emprunté, son itinéraire est opposé à celui de hier. Sachez simplement qu’il était un peu moins humide, car aucune pluie n’est venu gonfler les ruissellements durant la nuit, et qu’une couleur céruléenne servait d’arrière plan pour le cirque montagneux du Mt Sefton. Un peu plus de 4h30 plus tard, soit 30 minutes de moins qu’à l’aller et 2h30 de gagnées sur le temps du DOC, nous sommes de retour au parking, après une dernière traversée de rivière, qui finira de tremper nos souliers. Vers 12h30, une demi-heure avant notre arrivée, nous croisons un couple se rendant à Welcome Flat pour la première fois, ne semblant pas très débrouillard en randonnée, ils arriveront sans doute durant la nuit, après 7 à 7h30 de randonnée. Même moi, je ne serai pas parti si tard dans l’après-midi en ne connaissant point le chemin ni les difficultés.

Sitôt à l’arrêt, une escadrille serrée de sandfly fonce sur nos jambes et nos bras, ne nous laissant aucune chance pour nous défendre. Je défaits mon sac, range quelque peu mes affaires, étends mes chaussettes avec le fol espoir de réussir à les faire sécher. Dans l’attente que son amie vienne la chercher avec le campervan, je partage une dernière bière avec Annika, le temps d’une dernière discussion sur mes projets, et mes prochaines destinations. Il paraîtrait que je doive absolument passer par Hokitika Gorges, pour y admirer les eaux remplies de Glacier Flour, ces fines particules amenant les eaux des glaciers à arborer transparence et une couleur azur/turquoise. De mon côté, je lui fais promettre qu’après être passée 11 mois en Nouvelle-Zélande, elle se doit absolument de regarder un film au Cinema Paradiso de Wanaka  et manger un burger chez Fergburger, vu que les demoiselles retournent sur Queenstwon.

Un dernier adieu, après cette magnifique balade et nous partons chacun de notre côté, l’un au nord, les autres au sud. Depuis que nous sommes sortis de la forêt, les nuages ont de nouveau envahi le ciel. Alors qu’une vingtaine de kilomètres plus loin j’arrive à Fox Glacier, dont le nom lui fut donné par le premier ministre Sir William Fox en 1872,  une petite bruine se met à tomber. Cela ne m’empêchera pas d’effectuer une petite balade pour aller admirer le front du glacier. Épousant la forme du terrain, la langue de glace se brise en de nombreux séracs, perpendiculaire aux fronts de la vallée, lui donnant l’air d’un vers des sables au moment où il plonge dans les Dunes. Il faut savoir que tant Fox que Franz Joseph Glacier rampent de 0.5 à 1 mètre par jour, dix fois la vitesse des glaciers helvétiques. Franz peut même être pris d’une crise de frénésie et avance alors de 5 mètres en un jour. Dans la pratique, cela fait longtemps que la fonte équilibre leur formidable avancée.

Si le cadre alpin est beau, je fus toutefois presque plus impressionné par Rob Roy Glacier, suspendu au-dessus des falaises dans la région de Wanaka. Peut-être étais-je un peu fatigué par ma marche du retour pour prendre pleinement conscience de la grandeur du Fox, ou peut-être est-ce que la météo tristounette a rendu l’endroit moins charmeur. Ce soir je dormirai prêt de Lake Matheson. Il paraît que par temps clair, lorsque Aoraki/Mount Cook se reflète sur la surface parfaitement lisse, le temps d’un lever ou d’un coucher de soleil, le cadre est photogénique. Je verrai si demain matin, le soleil brille sur les sommets, ou si je devrais simplement poursuivre ma route pour rencontrer Big Franz, sans avoir profité de la fabuleuse réflexion.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.





J20 – Fin de Rakiura Track et retour sur le continent

31 05 2011

North Arm Hut, 7h30

Peu avant 5h30, deux kiwis se sont fait entendre. Je rallume le feu pour réchauffer un peu l’atmosphère. Dehors, le vent souffle toujours aussi violemment, et amène à intervalle régulier quelques averses.

Levé avant l’aube, je suis sorti me placer en affut. Rien à signaler de prime abord, j’attends que le jour se lève, patiemment, malgré le froid qui s’insinue doucement. Les premiers oiseaux diurnes se font entendre alors que le ciel s’éclaircit. Finalement, au moment où j’allais abandonner, quelque chose remue à la lisière de la forêt. Bien trop gros pour un kiwi, quadrupède, il s’agit sans doute d’une biche; toutefois impossible de discerner son espèce, commune ou queue blanche. Je rentre, satisfait, pour avaler un petit déjeuner simple, mais délicieux : tartines au miel et thé noir.

D’ici une bonne heure je vais repartir, le temps de ranger, vider les cendres, faire un peu de bois. Le trajet d’aujourd’hui est plus court, mais il comporte un tronçon très boueux d’après les dire d’un des rangers du DOC, et surtout la météo ne semble pas aussi clémente que hier, et s’il ne pleut pas, le soleil n’est pas prêt de se montrer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Monowai Lake, FJordland, 1er juin 2011, 18h00

Trajet : North Arm Hut – Oban – Bluff – Invercargill

D = 3231.7 km

Première mésaventure de ces trois semaines: alors que je préparais soigneusement du petits bois pour le prochain locataire de la cabane, ne voilà-t-il pas que la hache ripe sur le bois gonflé, gorgé d’humidité et vient entailler la nie de mon index. Rien de grave, si l’entaille d’une quinzaine de millimètres de long est profonde de quelques millimètres, ni l’os ni le tendon ne sont atteint. D’accord, la blessure pisse le sang, quelques impuretés sont présentes mais pas de quoi faire un drame. Un nettoyage sommaire, une trousse à pharmacie,  et quelques minutes plus tard un joli pansement orne ma main. Je m’occuperai de la désinfecter plus en détail ce soir.

Et voilà, 8h30, je me mets en route. Une demi-heure plus tôt que hier, sans le soleil levant, la forêt est plus sombre, mais par contre l’activité des oiseaux est plus vive à les entendre chanter. Bien qu’aujourd’hui je doive traverser le tronçon annoncé comme le plus boueux, je ne m’attends pas à plus de difficultés que hier. L’agent du DOC a toutefois omis de me prévenir que cet état de fait est engendré par la requalification du chemin, dont une partie du tracé est modifiée et recevra presque dans son intégrité de nouveaux aménagements. Pour ce faire, les anciens caillebottis et escaliers qui permettaient de traverser à pied sec cet été les endroits marécageux ont purement et simplement été retirés. Par conséquent, il ne reste plus qu’à fouler les zones humides, les chaussures dans la boue. Certains esprits chagrins me diront que je n’avais qu’à passer à côté. Toutefois, d’une part la progression y est rendue bien plus pénible par la présence régulière d’un entrelacs de branchages, fougères, et autres arbustes épineux ou pas, et d’autre part, les zones fallacieuses sont bien mieux camouflées par une couche d’humus jamais foulée par un être humain.

En règle général, il est possible la moitié du temps de marcher délicatement sur les bords du bourbier, sur du bois mort ou autres racines judicieusement placées dans la fange. Dans un quart des cas, le soulier ne s’enfonce que de quelques centimètres dans la boue, avec un petit bruit de succion et une perte d’efficacité dans la marche. Dans tout les autres cas, l’inconnu frappe à la porte : le sol peut s’avérer aussi solide que prêt à aspirer la chaussure au moins jusqu’au bas du mollet. Ce tronçon ardu ne dure toutefois que deux kilomètres et demi, jusqu’à Sawdust Bay. D’un avis très personnel, j’ai bien aimé cette partie du tracé. L’effort est certes plus important, mais cela correspond plus à l’idée que je me faisais d’un trek digne du nom de Great Walk. Sous cette appellation néozélandaise se cachent sept des plus belles randonnées du pays, dont Rakiura Track en fait partie. Ce sera la première et unique fois que je ne posséderai qu’un petit quart d’heure d’avance sur l’horaire préconisé par le DOC à la fin de cette partie. C’est vrai, j’avais presque oublié que l’horaire est établi avec un chemin en parfait état.

A partir de Sawdust Bay, quelques passages sont encore boueux, mais le chemin est similaire à celui que j’ai emprunté hier en deuxième partie de journée, avec des portions réduites d’aménagements. D’après ce que j’ai vu, cela risque de passablement changer dans les mois à venir, la requalification tend à simplifier le tracé en diminuant les dénivelées, et en prémâchant la marche avec des sentiers plus que très bien préparés. D’ailleurs, une petite pelleteuse mécanique a même été héliportée afin de faciliter le travail. Pour ceux qui ont parcouru le Chemin des Sens à La Tsoumaz, ce dernier est presque une piste de brousse en comparaison.

La forêt primitive de North Arm fait peu à peu place à une végétation régénérée à mesure que je me rapproche de Sawdust Bay, où deux scieries étaient encore actives entre 1914 et 1918. Peu après j’atteindrai le point le plus méridionale de mon aventure néo-zélandaise par 46°54’08’’ de latitude sud, à l’extrémité d’une plage de Prices Inlet. En remontant vers le nord, je rencontre une petite colline, où phénomène surprenant, de gros rochers arrondis, recouverts de lichens, sont apparents. De l’autre côté, Kaipipi Bay présente une côte découpée, dont la marée haute emplit les estuaires, où les eaux teintées d’un brun de Rakiura se mêlent doucement avec celle de la mer. La différence de salinité influence fortement les écoulements; les fluides se mêlent en de magnifiques rosaces et volutes. La traversée d’un pont permet de prendre pleine mesure tant de la complexité du phénomène que de l’enchevêtrement des côtes et des criques.

L’arrivée de l’autre côté de la baie marque un peu la fin de Rakiura Track. Je rejoins l’ancienne route qui reliait, dans les années 1860, la scierie de Kaipipi, employant jusqu’à 100 hommes, à Oban, déjà la principale agglomération de l’île. Si le chemin est toujours tracé, large brèche de 2 mètres dans la forêt, seule la présence à intervalles réguliers, d’arbres-fougères, de part et d’autre de la route, marque sa grandeur passée. La chaussée, autrefois recouverte de pierre, fut complètement défoncée par le passage des lourds chariots, tirés par des hordes de bœufs ou des attelages de chevaux. Les années sans entretien n’ont guère amélioré son état: elle disparait sous une épaisse couche d’humus. Seul le renflement central, épargné par le passage des attelages, surnage encore par endroits. Aujourd’hui, le chemin est quelque peu glissant. J’ai de loin préféré les passages boueux en pleines forêts, où il est nécessaire d’avancer par petits pas, plutôt qu’ici où la longueur des enjambées est arythmique : parfois longue, parfois courte, mais jamais la même.





J19 – Rakiura Track

30 05 2011

North Arm Hut, Rakiura Track, Stewart Islands, 14h30

1ère nuit sur Stewart Island, mais aussi en cabane. Elle s’avère plutôt tempétueuse. Aucun kiwi entendu. En restant positif, leurs cris étaient sans nul doute recouverts par le sifflement du vent dans la charpente et le grincement des arbres environnants. Au milieu de la nuit, je ne sais plus vers quelle heure, j’alimente le feu de quelques bûches. A 6h00, un souffle frais me réveille, le feu s’est éteint. Comme Rod émerge, j’en profite pour en allumer un nouveau et j’attends une température intérieure plus clémente d’ici une petite heure.  Jusque vers 7h00, nous patientons, à l’écoute du vent, ou parfois d’une petite averse qui résonne sur la cabane. Le jour ne pointant pas encore, je me lève, prépare la pâte à pancakes pour le petit déjeuner. Tartinés de beurre, saupoudrés d’éclats de chocolat ou encore enduits de miel, ils me trouveront le coeur et égaieront le frugal porridge de Rod. 8h00, les nuages rosissent, il est temps d’empaqueter nos affaires, ranger la cabane, refaire le stock de bois consommé et se mettre en route. Direction North Arm Hut, une cabane aussi équipée d’un poêlon, et Bagaree Hut, un cabanon bien plus fruste, sans chauffage pour l’autre voyageur. Dernier adieu, après un demi kilomètre de route commune, il me remercie chaleureusement de m’être occupé du chauffage, des quatre-heure et des pancakes matinaux, pour « (sa) dernière nuit dans un hôtel 4 étoiles pour les 10 prochains jours ».

Au moment de quitter la cabane, une soudaine averse, malgré le ciel bleu, me force à revêtir pantalon et veste de pluie, que j’enlèverai sitôt arrivé à l’intersection entre trois sentiers, celui retournant sur Oban, celui d’où je viens et le chemin menant à North Arm. Malgré les rafales, la température est suffisamment douce pour que je poursuive ma route en shorts/T-shirt.

Je quitte la côte pour m’enfoncer dans les profondeurs de la forêt et traverser l’isthme dont Oban occupé l’extrémité sud-ouest. Quelques escaliers et une pente douce pour gravir la première des deux collines (altitude : environ 200 mètres). La végétation est caractéristique d’une zone qui fut préalablement exploitée par les colons : aucun grand arbre, nombreuses fougères et autres feuillus à la croissance rapide. Alors que je redescends dans le vallon, deux treuilles à vapeurs surgissent de la forêt. Vestiges de l’industrie forestière, ces guideaux ont remplacé au début du XXe siècle chevaux et boeufs pour le halage de troncs. L’ensemble mécanique, laissé en proie à l’humidité depuis 1931, est rongé par la rouille. Deux toits construits par le DOC les protègeront des intempéries pour quelques années, avant qu’ils ne finissent par se désagréger complètement. Je laisse ces souvenirs et poursuis mon chemin, arrivant enfin dans la végétation primitive. Les podocarpes, jamais agressés par une scie ou un hache, dressent leur cimes vers les hauteurs; au sol, mousses et lichens  prolifèrent, seuls quelques fougères basses se développent. Bien différent des zones côtières traversées hier.

Je ne vous avais pas encore parlé du chemin, un véritable sentier du DOC : un remblais de terre empaqueté dans un film tressé et recouvert d’un treillis plastique, surmonté d’une fine couche de gravillon protège le sol des nombreuses foulées des touristes. Pour éviter que l’ensemble ne soit emporté par les eaux de ruissellement à la première intempérie, de grosses rigoles, parfois creusées des deux côtés du tracé, drainent les eaux jusqu’au ruisseau le plus proche. Le bois des ponts et caillebotis, pour traverser les zones humides, sont rendus antidérapants par l’adjonction d’un grillage métallique – genre treillis à lapin – cloué à leur surface. Définitivement, la moyenne de 2km par heure sur de tels tracés, calculée par le DOC, est bien faible. Même chargé, je dois avancer à plus du double.

Si je n’ai pas encore rencontré de fortes intempéries, et que je me plaignais des chemins trop bien préparés, lors de la descente de la deuxième élévation, le tracé gravillonné se fractionne, finissant pas ne former plus que de courts ponts entre un chemin traçant sa route sur un épais tapis d’humus. Stewart possédant un climat plus qu’humide, un sous-sol très argileux, l’eau ne cesse de ruisseler à la surface, imprégnant bois, feuilles, terre et rendant ces tronçons boueux. Si la plupart du temps, il est possible de longer le bord, de temps à autre il est nécessaire de traverser directement: la boue remonte alors jusqu’à mi-chaussure, un bruit de succion se fait entendre à chaque pas. Progression plus difficile, mais compensée par la présence de nombreux oiseaux : trille des Tuis, battements des pigeons des bois, chants des kakas et des parakeets, … Ma présence ne semble guère les déranger et parfois un volatile passe à porte de main. Impossible par contre de tirer leur portrait, les oiseaux voletant de branche en branche, ou se reposant toujours à contre-jour.

Ce n’est qu’après que je me suis rendu compte que l’apparition de la boue coïncidait avec la mi-parcours, l’arrivée sur le côté Sud de la péninsule, celle qui voit encore moins souvent le soleil. Malgré le beau temps, la forêt est plus sombre, la canopée plus dense, les verts plus foncés; les feuilles mortes et les aiguilles brunissent le sol. La rivière et les deux ruisseaux franchis doivent drainer l’eau du plateau que je franchis. La boue n’a pas disparu, mais est plus sèche et plus fine, le tapis est bien plus moelleux, un peu comme une piste finlandaise.  Au lieu d’entendre le fort bruit de succion, seul un léger souitch-souitch rythme ma marche.

Peu avant d’atteindre ma destination, j’entends le cri caractéristique du kiwi, vois bouger quelques fougères. Malgré un long moment d’immobilité, ce sera tout, je ne verrai pas le dodu oiseau. Quelques minutes plus tard, j’atteins la cabane, située sur la rive du bras nord de Paterson Inlet, la plus grande rade de l’île. Le temps d’allumer le feu, préparer du petit bois, amener quelques bûches pour les faire sécher, car le bûcher est très humide et voilà que la pluie se déchaîne, tambourinant sur les vitres, dégoulinant dans le tuyau du poêle. Une seule pensée: je suis arrivé à temps.

16h00, il commence à faire un peu meilleur à l’intérieur, je maudis les architectes du DOC qui ont dessiné cette cabane avec un toit à pan incliné, sans mettre de plafond et en omettant les portes menant au gigantesque dortoir : le volume est immense, et c’est un peu galère pour le chauffer tout seul. Mais je préfère de loin North Arm Hut à la cabane de hier, le sentiment d’être perdu dans le bois étant plus important: sur trois côtés, la vue est bornée par la forêt à moins de 3 mètres, alors que le quatrième donne sur North Arm. La vue sur la mer est fantastique : une petite crique balayée par un fort vent, fermée par deux têtes recouvertes d’une végétation touffue dont les branches s’avancent au-dessus de l’eau. Moyennant quelques modifications j’en ferai bien ma demeure.

North Arm Hut, 18h40

17h30, le crépuscule est bien avancé, je m’habille chaudement, enfile pantalon et veste imperméables, mets mes gants, visse ma frontale (éteinte) sur ma tête, embarque mes jumelles. Direction les escaliers menant à la mer, d’où la vue englobe la totalité de la plage ceignant la rade. Opération: kiwi spotting. Les rafales de vent ne me facilitent pas la tâche. Et pourtant, un gros caillou semble avoir bougé avant et après la dernière averse qui vient de passer. Une observation plus détaillée de ce gros objet ovoïde me permet de distinguer un bec et de fébriles mouvements: il s’agit bien d’un kiwi farfouillant la vase, mon premier. Je savais que le kiwi de Stewart Island était dodu, mais je ne m’attendais quand même pas à cette taille, un gros ballon de foot allongé.

Sur le chemin du retour, de nombreuses paires d’yeux, illuminées par ma frontale, me regardent avancer: encore des opposums. Le temps de suspendre mes habits pour qu’ils sèchent d’ici demain, avaler un bon repas et je me glisse au lit. Je n’ai plus grand chose à faire. 19h00 j’éteins ma lampe et rejoins les bras de Morphée.





J18 – Stewart Island et Rakiura Track

29 05 2011

Port William Hut, Rakiura Track, Stewart Island, 29 Mai 2011, 16h00

Trajet : Bluff – Oban – Port William Hut

Petite bruine ce matin alors que je me réveille. A la lueur de ma frontale je prépare mes affaires pour mon petit treck sur Steward Island, la troisième île de Nouvelle-Zélande, souvent délaissée par les voyageurs : habits secs, chaussettes de rechange, appareil photo, lampe torche, piles et accumulateurs de réserve, casserole et poêle, nourriture – bien plus qu’il me serait nécessaire pour les deux jours. Finalement, après avoir ajouté les ingrédients pour me faire des pancakes, mon sac présente un sacré embonpoint. Qu’importe, je devrais bien arriver à le porter sans trop de problèmes.

J’arrive à Bluff alors que le soleil se lève. Un magnifique arc-en-ciel sur un fond de nuages teints en un rose pastel me souhaite la bienvenue. Quelques personnes pessimistes pourraient m’aviser que « ravoures du matin, pluie au moulin », ce à quoi je leur rétorque : « pluie en chemin, n’arrête le pèlerin« .  Voiture parquée, je patiente un moment avant que le terminal du ferry n’ouvre, en déambulant le long des quais, admirant la flottille de pêche au repos.

A la demi après neuf heures, aussi précis qu’une horloge helvétique, le ferry quitte Bluff, directin Oban sur Stewart Islands, ou Rakiura son équivalent maori. Une heure de traversée dans des conditions qui me rappellent une semaine en Pogo 8.50 en avril 2010 : 30 noeuds de vent établis, 50 noeuds dans les rafales 3 à 4 mètres de creux. Une mer encore plus déchaînée par un détroit peu profond, 30 à 40 mètres seulement, balayée par des vents tempétueux, les mêmes qui souffleront sur Slope Point quelques milles plus à l’est.

Arrivé à bon port, je récupère mon sac, passe par le centre du DOC enregistrer mon parcours, payer mes nuitées, aviser d’une date de retour, au cas où je ne réapparaîtrai pas et me voilà parti. Un dernier arrêt pour louer un petit réchaud à gaz, et je rejoins Horshoe Bay Road qui me conduit jusqu’au départ du Rakiura Track. Ce sentier parcoure les forêts du dernier Parc National créé en Nouvelle-Zélande, qui recouvre 80% de l’île. Le parcours triangulaire possède trois tronçons: un sur la côte Nord, un autre en pleine forêt traversant la péninsule dont Oban occupe l’extrémité, et le dernier suit la côte Sud pour ramener le voyageur au point de départ.

Après avoir à peine quitté le magasin, une fine bruine s’abat sur Halfmoon Bay, l’anse baignant Oban. Portées par le vent, les gouttes cinglent mon visage, je marche la tête à moitié baissée, rentrée dans mon capuchon. Parfaite entrée en matière pour ces trois prochains jours. Je ne peux me plaindre que personne ne m’avait prévenu que mon séjour serait humide; il est de notoriété publique que la pluie est presque le quotidien de Stewart Island, permettant à une dense végétation de pousser. Quelques kilomètres de goudron m’amènent jusqu’à la fin du village, puis un dernier en terre battue entouré des prémices de la forêt vierge : feuillus, fougères géantes, lianes, … Une petite descente jusqu’au bord de l’eau à Lee Bay, et me voilà véritablement au début du Rakiura Track. Au bord de la mer, les maillons d’une chaîne géante disparaissent dans la plage; une fois passé au travers la route débute. Mais tout d’abord une petite légende maorie : Maui, le grand voyageur polynésien tira des profondeurs marines une pierre d’ancrage, Te Puka A Maui et y attacha le canoë ancestral Te Waka A Aoraki. La pierre devint Rakiura et le canoë South Island. La chaîne, dont l’autre extrémité orne Stirling Point à Bluff, symbolise les liens spirituels et physiques reliant les deux îles. J’y rencontre un autre voyageur, dont nos routes ne cesseront de se croiser au gré de nos haltes, avant que nous ne terminions la journée de conserve, à partir de Maori Beach.

Dès le début, la nature est enchanteresse, foisonnante, bien plus que je ne l’avais aperçue jusqu’à présent. Sol recouvert de mousses et de lichens, petites fougères, puis arbustes et autres arbres-fougères prennent le relais avant d’être supplantés par des feuillus et des conifères formant la canopée. Par monts et par vaux, les espèces restent sensiblement les mêmes, seule leur distribution change en fonction de l’humidité, propice aux feuillus et fougères, alors que les sous-sols plus « secs » sont plus favorables aux podocarpes.

Première traversée de rivière à Little River, avant de couper par la plage; à l’étal la marée haute laisse juste la largeur nécessaire pour s’y faufiler. Nature paradisiaque entre sable fin, forêt touffue, cours d’eau douce et océan, dont la surface est parcourue par quelques vaguelettes. Toutefois, la forêt m’engloutit, et si le soleil brille à nouveau, les rafales secouant la frondaison font tomber une flopée de grosses gouttes. Il n’est pas question d’enlever la veste imperméable. Pourtant, j’en aurai bien l’envie tant la moiteur est étouffante. De temps à autre, à travers l’orée, il est possible d’entrapercevoir de petites falaises plongeant dans la mer turquoise, virant au beige à proximité des plages, le sable mélangé à l’eau par le mouvement des vagues. Les verts contrastent avec le bleu de la mer et le gris des falaises : juste grandiose.

Une fois à Peters Point, je rejoins Rod, mon futur compagnon de randonnée. Une intersection : une piste menant vers le bas, sur laquelle gisent quelques arbres, un tracé dégagé grimpant, et un seul itinéraire sur la carte. Nous opterons pour le parcours entretenu, qui rejoindra quelques centaines de mètres plus loin l’ancien chemin, avant de descendre sur Maori Beach. Ancienne colonie européenne ayant compté jusqu’à 2 scieries et 1 école, il ne reste que les vestiges d’un embarcadère. Une longue plage s’étend sur un peu plus d’un kilomètre; les dunes sont recouvertes d’herbes jaunes. A son extrémité, un pont suspendu traverse une rivière, dont le tanin de l’écorce des manukas ont bruni l’eau. Encore quelques kilomètres, un dernier franchissement de colline et nous atteindrons Port William Hut. Effectivement, un dernier contour et le wharf de la cabane détache sa silhouette sur la plage, sortant des fourrés et plantant ses pieds dans l’eau de la baie.

Port William Hut, au milieu d’une clairière adossée à la plage, est une jolie petite cabane. Sitôt arrivé, le feu est allumé, et une douce chaleur envahit la salle commune. Je profite de faire plus ample connaissance avec ce chef d’équipe travaillant dans une entreprise nationale de produits lactés : fromage, lait en poudre, … 65 ans, chasseur ayant de nombreuses fois parcouru l’île pour pêcher, chasser, plonger, … il a décidé de parcourir North-West-Circuiti, un périple d’une dizaine de jours contournant tout le Nord-Ouest de l’île en longeant la côte, avant de revenir à travers les terres dans une zone marécageuse, où la boue peut monter jusqu’à mi-corps. J’aurai bien aimé le faire, mais je n’avais ni le temps, ni l’équipement nécessaire.

Pâtes sauce tomates-oignons-thon pour souper. Repas préparé à double, car les dimensions des conserves sont plutôt prévues pour des triples rations. Précédemment, nous avions pris nos quatre-heure : thé, chocolat, biscuit, puis l’apéro. Si je n’avais pas pris une bouteille de vin, je n’ai néanmoins pas oublié d’emporter une de bière pour fêter mon arrivée sur l’île. Pitch Black, stout d’Invercargill Brewery, un excellent choix. Le temps de mettre à jour mon livre, écouter les rafales souffler, les arbres craquer, mettre une dernière bûche et je me glisse dans mon sac de couchage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.