News

19 08 2012

[update : les nouveaux épisodes sont en caractère gras, les anciens épisodes comportent un astérisque en début de ligne]

J’ai eu un peu de temps pour vous narrer le début de mon périple breton.

Ainsi qu’une petite semaine passée sur le haut de Chesières, entre farniente et balade

Ainsi qu’une balade à *Romainmôtier. et une excursion à Zürich pour participer à la Limmatschwimme.

Je vous demande encore un peu de patience pour les titres, dont les récits ne sont pour l’heure qu’à l’état d’ébauche dans ma tête.

Publicités




Retour en Suisse

21 07 2012

Ecublens, le 29 juillet 2012

Conquet – Brest – Rennes – Lyon – Genève – Ecublens

Il est juste passé 6h00 quand je me réveille. L’aube est déjà là, mais le soleil n’a pas encore surgit derrière l’horizon. Bien décidé à profiter de cette dernière demi-journée, je m’habille rapidement dans un silence religieux pour ne pas troubler la quiétude de la maison, saisi mon appareil photo, monte délicatement à l’étage pour ne pas faire grincer les marches et ouvrir la porte. Bip. Bip. Un signal retentit. J’ai oublié l’alarme. En quelque sorte, de toute manière je ne sais pas où elle se débranche. Je referme la porte, restant immobile à l’intérieur, attendant à voir surgir Francis de la chambre. Ce dernier ne tarde guère et débranche le dispositif pour me libérer.

Je descends jusqu’au bord de la ria. La marée est encore haute et la mer a envahi les prés salés, un voilier flotte sur les flots. Aucune brise thermique ne vient troubler le parfait miroir de l’aber. L’eau limpide reflète la lisière de la forêt, les amarres des voiliers, et même la brume qui s’évapore délicatement sur l’autre rive. Douce volupté du matin naissant, je profite de cet instant majestueux qui me rappelle le lever de soleil sur Matheson Lake en Nouvelle-Zélande. Un moment tout aussi magique où l’eau semble s’être changé en mercure tant sa surface est immobile. Au-dessus des crêtes, les premiers rayons s’égayent dans un ciel bleu aux nuances mauves. A l’apparition du disque solaire, les reliefs bleutés se parent d’anthracite, alors que le ciel, baigné dans une clarté orangée, se refléter sur la ria à la surface moirée par une brise légère.

Quiétude matinale

Quittant mon état contemplatif, je longe la berge jusqu’à l’ancienne usine d’iode que je contourne. De l’autre côté, tant les murs de la rampe de mise à l’eau, que ceux de la maison se parent d’ocre. Un subtil jeu d’ombres et de lumières se déroulent devant moi. Ombres chinoises d’arbres, raies lumineuses, tout évolue minute après minute. Peu à peu, le soleil s’élève, projetant ses rayons de plus en plus loin sur le bourg encore endormi. Les ombres nocturnes reculent, les façades dorées donnent un petit air du sud à ce village breton. Le long de la grève, je découvre une petite crevette blafarde à la limite des flots, stade primaire de son développement de crustacé.

Vue sur la ria depuis le pont aux rembardes bleues

Traversant la ria sur le pont aux rambardes bleues, à mi-chemin je me plonge dans l’ombre. Le soleil ne s’est pas encore levé sur l’autre rive. Poursuivant mon chemin, je passe devant l’imposante entrée de la ferme fortifiée de Cosquies, avant d’admirer la façade arrière de la longère où séjournait il y a fort longtemps les troupes du roi. Devant moi s’étends la presque-île de Kermorvan, réserve naturelle. Comme pendant ces derniers jours, je suis le GR34, surplombant de quelques mètres le port du Conquet. Face à moi se dresse tout le village, en premier plan, la maison du seigneur avec ses formes si caractéristiques et le petit escalier menant jusqu’au bord de l’eau, où sont ancrés trois vieilles barques.

Le Conquet qui prends un petit air du sud

Enfin, au détour d’une pointe, la silhouette carrée du phare de Kermorvan se détache au-dessus des rochers. Sur la même avancée rocheuse un fort d’inspiration Vauban fut construit à l’époque des rois de France pour protéger le Conquet des invasions anglaises et hollandaises. Plus tard, les allemands y creusèrent un blockhaus. D’ailleurs tout l’éperon arbore de nombreuses casemates de béton, comme autant d’épine que sur un porc-épique. Si j’avais eu plus de temps, je n’aurais pas hésité à passer outre l’interdiction pour m’approcher du phare. Il faut dire qu’avec les trois façades côté mer enduites de blanc, et la dernière, laissée à l’état naturel, qui exhibe ses pierres, il est très photogénique.

La presque-ìle de Kermorvan avec le phare éponyme

Poursuivant ma route je m’enivre de cette odeur iodée que m’apporte à chaque souffle le vent marin. Lorsque j’arrive face à l’Îlette où est érigé un fort, la marée est descendante depuis plus de deux heures. Là, dans cet étroit passage entre la côte et l’île, une ligne de démarcation s’est créée. D’un côté le flot de la marée descendante rejoint l’Atlantique. Les lignes de courant sont marqués telles des filets rectilignes. Puis soudain, la bataille se déchaîne, là où se rencontre le fort courant et la houle marine. Un fort ressac se crée, formant un triangle allongé, là où existent les hautfonds. Immuable, invariable chaque six heures, depuis des millénaires et pour des centaines d’années, cette bataille se déroule. Bien que l’envie ne me manque pas de visiter le fort, je ne prends pas le risque de traverser. Si la profondeur me semble faible, le courant est fort. Ce serait dommage de m’arrêter ici après avoir bu une trop grosse tasse. Ma balade est presque terminée, me voici à la plage des Blancs Sablons. Comme dans un rêve, en ce matin ensoleillé, je suis seul. Aucun touriste ni locaux n’est encore venu foulé la plage ce matin.

Plage des Blancs Sablons

9h15, de retour à la maison, les enfants viennent tout juste d’émerger. Le déjeuner se transformera en véritable brunch où les andouilles côtoient la confiture de mur, le fromage s’accompagne de pains, beurre salé et sucre se fondent en un caramel sur les crêpes réchauffées. Un vrai régal.

Le temps passe trop vite, ces cinq jours ont glissé entre mes doigts comme du sable. Il est bientôt l’heure de partir, mais j’ai encore le temps de partager un dernier apéro avec la famille au complet. Quarante minute après avoir savouré un dernier pastis face à la ria, je suis assis dans le TGV, direction Rennes, Lyon puis Genève et enfin Ecublens. Sur le chemin du retour je profiterais de me reposer de ces longues journées. Il me faudra bien une ou deux bonnes nuits de sommeil pour récupérer complètement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.





Huelgoat

12 07 2012

Trajet : Guiclan – Saint-Michel-de-Bretagne – Brennilis – Huelgoat – Loperhet

Chesières, le 8 août 2012, 900

Culinairement parlant, la France possède un grand avantage sur la Suisse, en tout cas pour les régions côtières. Le beurre salé est presque le Saint-Gall du petit déjeuner. Tartiné sur des tranches de pains grillés, il se marie à merveille avec confiture et miel. Un délice, qui me manque bien souvent dans mon pays natal. Trêve de digression gastronomique, Léna et moi partons en direction de Huelgoat, au cœur de l’Argoat, le pays des bois, celui de la Bretagne enchantée où vivent encore les Korrigans. La météo est d’ailleurs idéale pour s’imprégner des mythes et de la magie qui recouvre encore aujourd’hui les landes bretonnes. Le  crachin n’a pas cessé depuis mon lever, des volutes de nuage glisse au-dessus du paysage, des bourrasques soufflent parfois, ajoutant une touche de mystère au paysage assombri.

A la sortie de Guiclan, Léna m’amène sur les chemins de traverses, où à chaque carrefour s’élèvent des calvaires, dont la plupart porte de petites bosses sur leur tronc. Dressé lors de la Grande Peste pour éloigner le fléau, ces dernières symbolisent les bubons de la maladie qui se développaient près des glandes. Elle m’amène vers un but précis. Nous nous arrêtons auprès d’un calvaire dont une des sculptures pose de nombreuses questions. Si les têtes de mort sont souvent représentées sur ces monuments, il est rare qu’elles soient accompagnées de tibias entrecroisés. Pourtant il arbore ce motif particulier sur sa face nord-ouest. Léna me raconte qu’après avoir effectué quelques recherches, elle a dû se rendre à l’évidence que personne ne connaît vraiment l’histoire de calvaire – pendant longtemps resté inconnu au registre –. De même, aucun historien n’a encore donné une explication rationnelle pour ce type d’ornementation, tant les calvaires arborant ce motif sont peu nombreux et disséminé dans la Bretagne. La légende voudrait que ces calvaires aient été érigés sur des chemins empruntés par des corsaires. D’ailleurs, si vous y venez au soleil couchant, tête de mort et tibia rougeoient dans les dernières lueurs du jour, corroborant cette dernière thèse.

Tête de mort et tibias entrecroisés

Nous pénétrons peu à peu dans l’intérieur des terres, la consonance des noms de villages m’est familières, Saint-Thégonnec, Plouméour-Ménez, Comana, … autant de réminiscence de mon enfance. Les reliefs s’élèves, la végétation se fait plus courte, les brumes s’accrochent sur le roc des Monts d’Arée. La route s’avance à flanc de coteau, en contrebas j’aperçois le réservoir de Saint-Michel, sur la rive opposée la tour circulaire en béton de l’ancienne centrale nucléaire des Monts d’Arée et sur sa droite les marais de Yeun-Elez, pays mystérieux, royaume des feux follets. Arrivé à la hauteur d’un panneau pointant la direction du Roc Trévézel, nous nous arrêtons. Après que Léna m’ait affirmé qu’elle lirait en m’attendant, c’est sans scrupule que je l’abandonne à la voiture pour gravir le plus haut sommet de Bretagne. Les herbes sont recouvertes de gouttes de pluie, la bruine a rendu le seul boueux, par endroit l’eau ruisselle sur le chemin comme dans un petit ru. Montant à travers la lande, je passe entre deux gros rochers, telles des sentinelles veillant sur le Roc et débouche sur un court replat. De l’autre côté telle l’échine d’un dragon endormi, le Roc Trévézel se dresse allongé d’est en ouest. Je m’empresse de gravir au sommet. La Bretagne s’étend à mes pieds, tout autour de moi. Très rapidement le paysage étalant toute la palette des verts autour de moi se nappe de gris bleuté avant de se confondre au loin avec les nuages.

Roc Trévézel

A mesure que nous nous approchons du Mont-Saint-Michel-de-Bretagne, l’apparence vaporeuse aperçue de la chapelle sise à son sommet prends consistance. Petite, râblée, surmontée d’un minuscule clocher, elle est ancrée au sommet du mont, défiant depuis des siècles les terribles vents d’Ouest. Mis à part une petite aire abritée où s’épanouissent de beaux épis sauvages, le sommet du Saint-Michel est recouvert d’une herbe rase, desséchée par les vents. En contrebas du point culminant, je découvre la chapelle, sa sombre silhouette trapue se découpe sur le blanc céruléen. Mousses et lichens s’accroche sur ses murs de pierres, dans lequel s’ouvre deux portes bordeaux. L’une petite, à moitié ouverte, s’ouvre sur son flanc droit, accessible par une volée d’escalier. L’autre, large, fermée à double tours, occupe la façade sous le clocher. Deux vitraux donnant sur le chœur complètent les seules ouvertures sur le monde extérieur de cet espace clos. L’intérieur est sombre, dépouillé de tout mobilier. Une stèle ornée de motif celtique fait face à la porte. Contre le mur du chevet, une table de granit posée sur deux pierres en guise de tréteaux fait office d’autel. A droite, un bénitier est taillé dans une pierre enchâssée dans le mur. Alors que dehors le vent sifflait dans les oreilles et que la pluie cinglait les pierres, un calme mystérieux règne à l’intérieur. Ce lieu est un véritable sanctuaire, à l’abri des éléments extérieurs. Sur les rebords des fenêtres et sur l’autel reposent des pierres. Chacune portant un remerciement ou un vœu à l’intention de Saint-Michel, à l’instar de trois filles qui ont écrit « Merci Saint-Michel de nous avoir abrité par une nuit froide et venteuse ». Appréciant la quiétude des lieux, et la douceur qui en émane, cette endroit est effectivement parfait pour s’abriter si un jour je devais voyager à pied à travers la Bretagne.

Le Mont Saint Michel de Bretagne

Dernier détour avant Huelgoat, nous passons encore par Brennilis. Première halte dans le hameau de Nestavel, situé au bord du Réservoir Saint-Michel. Un barrage constitué de multiples voutes posées les unes à côtés des autres retiennent les eaux noires du lac, qui ont servi à refroidir le cœur nucléaire de l’ancienne centrale, aujourd’hui en démolition. L’ambiance est sombre, les marais du Yeun-Elez et les esprits du Youdig ne sont pas loin. Il serait facile d’imaginer que sous la surface se cache quelques organismes mutant, des monstres aux multiples tentacules prêt à surgir pour vous emporter au plus profond du lac. Caché à l’intérieur des terres, sous un grand hêtre, connu sous le nom de Ti ar Bondiged – littéralement la maison des fées – le tumulus de Brennilis se dresse depuis plus de 5000 ans. L’imposante sépulture (17×3.5m) est composée d’un tertre piriforme ceint d’une ceinture de pierre verticale, dont il manque la partie arrière. Au centre de la chambre, une pierre dressée pourrait être l’équivalent des stèles contenues dans les dolmens à couloirs, plus ancien, ou simplement le reste d’une cloison. A l’instar des menhirs, bien que la signification des tumulus, témoins de croyances et de rituels d’une époque révolue, reste incomprise, leur présence est plus que suffisant pour amener notre esprit à écouter les légendes qui flottent dans les airs.

La Pierre Tremblante

C’est ainsi que nous sommes finalement arrivé à destination au beau milieu de l’après-midi. Fidèle à son nom breton, signifiant littéralement le Bois (koat) d’en Haut (huel), le village d’Huelgoat, sis sur les rives d’un lac se perd dans une forêt de hêtres. Rempli de magie, la frondaison d’un vert électrique, contraste avec l’humus, couleur feuilles mortes. Entre les troncs moussus qui s’élancent vers le ciel, des dalles de granit affleurent la surface, recouvertes de lichen.  En bas d’un escalier taillé dans un énorme rocher, nous arrivons face à la Roche Tremblante. Imaginez un imposant bloc de granit de section carrée de 3 mètres de côtés, long de 7 mètres et pesant pas moins de 140 tonnes. Posée sur un simple pivot, son équilibre est tel qu’une petite poussée dans un endroit spécifique permet de faire osciller la Roche Tremblante. Pour enjouez les touristes, un jeune homme propose ses services en échange de quelques pièces. Après m’être enquis de la position du point d’appuis, je m’adosse à la pierre et en remuant légèrement mon derrière, elle se met à bouger. Peu de force est nécessaire pour la mettre en mouvement, par contre la sensation est grandiose de ressentir le retour du roc à chaque oscillation.

Un petit détour nous amène à remonter un ruisseau jusqu’au pied d’une colline. A son sommet, à peine visible entre dans les feuilles trônent le Champignon. Au début, je n’aperçois qu’une succession de boule de granits, ce n’est qu’en gravissant l’éminence que je m’aperçois que la plus grosse des boules, pesant près de 200 tonnes, reposes en équilibre sur un rocher plus petit.

Le Champignon

En redescendant le val en direction du Fao, connue aussi sous le nom de rivière d’Argent, nous entendons quelques notes issues d’un fifre. Comme de nombreux noms bretons, le court d’eau endosse un patronyme emblématique des espèces végétales locales, Fao signifiant hêtres. Arrivé à la source de la mélodie, en face de nous se dresse un véritable chaos : des blocs de granits de toutes tailles gisent pêle-mêle. Les unes recouverts de mousses, les autres encore nues reluisent d’humidité. Les arbres se sont enracinés sur les dômes, des arbustes poussent entre les interstices. Partout le doux murmure de la rivière s’entend, gargouillant entre les roches. Je me faufile dans un étroit passage entre deux rochers pour aller jusqu’au Ménage de la Vierge. Dans une goulotte où aujourd’hui l’eau s’écoule tranquillement, avec un peu d’imagination il est possible de distinguer une marmite, une baratte et une cruche. Remontant à la surface, nous remontons la rivière jusqu’à son embouchure. Plus qu’une simple balade, je suis subjugué par la beauté des lieux. Tout est statique et pourtant si vivant, comme si une énergie cherchait à sortir de terre. Je commence mieux à comprendre pourquoi un conteur breton Patrick Ewen était presque estomaqué que je n’y ai pas encore été.

Le Chaos du ménage de la vierge

Un panneau indiquant « Grotte du diable » me mène au bord d’un roc, d’où une échelle en fer rouillé descend abruptement. Arrivé en bas, il ne me reste plus qu’à m’enfoncer dans la semi-obscurité d’une grotte. Dans l’assourdissant vacarme du grondement de la Rivière d’Argent, seul une mince rambarde m’empêche de glisser sur le roc humide et de me retrouver dans ces eaux vives. Faiblement éclairé par une ouverture dans la voûte, au-dessus du flot le visage d’un homme se dessine dans l’obscurité, qui paraît-il est la face du diable. La légende veut que quiconque descends dans cette caverne se présente aux portes de l’enfer. Sur le chemin, dans nonante-neuf auberges des fées diaboliques vous proposent du vin. En guise de rachat de ses péchés, seul le voyageur complètement sobre évitera la damnation. Un autre mythe, plus réaliste cette fois-ci, raconte qu’un partisan de la révolution, poursuivi par des chouans s’y était réfugié. Pour combattre le froid, il alluma un grand feu de branchage. Ses ennemis ne tardèrent pas à descendre dans la grotte. Coiffé d’un chapeau enfiché de deux plumes rouges et armés d’une grande fourche, l’ombre projetée par le feu terrifia les visiteurs qui s’enfuirent en criant « Au diable, Au malin ! ».

Le Visage du diable dans la grotte

De retour à la surface, arrivé au terme de la balade, nous contemplons le Chaos du Moulin. Encombrant lit de la rivière, un amoncellement de rochers de tailles bien plus impressionnantes que celui du Ménage de la Vierge font bouillonner les eaux. Surmontés par de magnifiques arbres élançant leurs branches tortueuses, l’endroit est un peu inquiétant. Le géant Hok Bras, aussi connu simplement sous le nom de Gawr (géant) à Saint-Herbot, traversait le Bois d’en Haut. Les habitants d’Huelgoat, très pauvre n’ayant pu lui offrir guère plus qu’une bouille d’avoine, il continua sa route, toujours affamé. Arrivé au-delà des Monts d’Arrée, une tribu réussi néanmoins à lui offrir un copieux repas à même de le rassasier. Parti digérer au bord de la mer, il envoya les gros rochers ronds qu’il trouve en direction d’Huelgoat. Plus récemment, il semblerait qu’une querelle opposait les gens de Plouvé et de Berrien, deux villages situés à égale distance de part et d’autre d’Huelgoat. Mené par leur maître, les habitants décidèrent d’écraser le village d’en face. Toutefois, par manque de force, les projectiles tombèrent à mi-chemin. Aujourd’hui encore, il faut se fier au légende, car les géologues modernes peinent à expliquer la présence d’un tel amas de pierre. Certain propose la solution des blocs erratiques emmenés par des glaciers, d’autre affirme que l’érosion, s’attaquant en premier aux parties plus friable de cette roche hétérogène, aurait fini par isoler des boules aux grains plus fins qui se sont effondrés les unes sur les autres. Si le chaos d’Huelgoat reste célèbre, des formations similaires existent à Toul Goulic près de Lanrivainn, au Coronq à Saint-Herbot ou encore près de Saint-Brieuc où se situe le chaos du Gouët.

J’abandonnerai Léna à nouveau, la laissant dans un charmant petit bistrot surplombant le Chaos du Moulin, alors que je poursuis la visite des lieux, qui me mènera cette fois-ci sur les traces du Roi Arthur. Tout en descendant le long de la Rivière d’Argent, j’apprécie ses charmes : sous une voûte verdoyante, l’eau s’écoule doucement entre les rochers arrondis, teintée d’ocre par les tanins de l’humus. Dans un méandre, à partir d’une rive, un bloc de granit courbé s’élance au-dessus des flots, reposant aux extrémités sur deux rochers. Posé dans l’alignement, une série de pierre permet d’atteindre l’autre rive. Le Pont Rouge, ainsi nommé, est d’une rare beauté, évoluant toute en courbe.

Quittant la forêt domaniale d’Huelgoat, je m’engage sur un large chemin de terre battue qui me mène jusqu’à la Grotte d’Artus, une simple caverne créer par un amoncellement de blocs granitiques aux formes variés. D’après la légende, la pierre plate visible dans le fond est le lit du roi celte, autour duquel font cercle ses compagnons. Toujours endormi, il ne se réveillera que quand le Royaume de Bretagne sera en danger. Un autre mythe affirme que le roi Artus y cacha le trésor qu’il découvrit avec Merlin dans le Val Sans Retour et le laissa sous la garde de Korrigans. Non loin de là, des têtes de sanglier seraient visible sur les rochers bordant la mare aux sangliers. Pour ma part, les rochers sont restés impassibles et je n’ai rien observé. Le coin mérite toutefois un petit détour pour son aspect pittoresque.

La marre aux sangliers

A côté de la Grotte d’Artus, je grimpe dans les bois, suivant un petit sentier encombré par les fourrés jusqu’à un replat, où je rejoins une route forestière. Sans me rendre réellement compte je passe ce qui fut la première enceinte du Camp d’Artus. A l’époque, la muraille était constituée par une double rangée de poutre, dont l’intervalle était comblé de pierraille. Depuis la terre s’est accumulée de part et d’autre, la végétation a colonisé les lieux. Aujourd’hui, il ne reste plus qu’un remblai qui se fond parfaitement dans le paysage. De part et d’autre, la différence de végétation est l’un des seuls indices qui permet de déterminer sa position. Lors des fouilles de 1938, la forêt qui recouvrait l’éperon fut coupée à l’intérieur du camp. Aujourd’hui, n’ayant pas encore retrouvé sa grandeur passée, taillis serrés entrecoupées de clairières forme l’essentiel de la végétation intramuros. Naguère le Camp d’Artus était hanté, et comme dans tous les lieux portant la même réputation, il valait mieux ne pas s’y aventurer la nuit. Des démons apparaissaient sous la forme de feux follets, interdisant l’accès aux imprudents et jouissant ainsi des nombreux trésors qui y étaient enfouis.

Attribué au roi et aux chevaliers de la Table Ronde, les fortifications de ce campement datent de l’époque gauloise comme en atteste le type de construction utilisé pour les murs, décrit par Jules César dans la Guerre des Gaules comme le murus gallicus (mur gaulois). La présence d’une triple ligne de défense, une caractéristique de l’âge du fer, permet de faire remonter l’origine de l’oppidum à une époque plus ancienne. Long de 3 kilomètres, le premier mur courre autour d’un éperon rocheux allongé. A l’extrémité nord, une deuxième, délimitant un réduit d’une centaine de mètre de large pour le triple de longueur, est constituée de remblais s’élevant par endroit à plus de 10 mètres. La dernière ligne est constituée par un bastion occupant une position dominante près de l’entrée.

Au milieu du camp, deux énormes blocs granitiques m’intriguent. Ils semblent s’imbriquer l’un dans l’autre. M’avançant dans l’étroit passage, je me rends compte qu’une des moitiés est elle-même divisée en deux parties. En grimpant sur l’un des blocs, j’ai l’impression de me trouver face à une pomme coupées en trois. Une moitié et deux quarts, chaque portion basculant légèrement en arrière, laissant un interstice égal entre elles. Intégrée dans la deuxième enceinte, je suis le faîte de cette dernière jusqu’au bastion, avant de revenir jusqu’à Huelgoat par le sentier des Amoureux.

Les rochers du Camp D’Artcus

Si Léna, en bonne bretonne, connaît le passé légendaire de la forêt d’Huelgoat, ses connaissances sur l’histoire contemporaine locale sont plus restreintes. Le surnommé de Rivière d’Argent ne fut pas donné au Fao pour la limpidité de ses eaux, mais plutôt pour le métal précieux qu’il était possible d’en retirer. Déjà exploitée par les Celtes et les Romains, la mine connu son âge d’or au XVIIIe siècle, après que le gisement de plomb argentifère fut redécouvert par un ingénieur allemand. Elle devint rapidement la première mine du royaume, employant jusqu’à 2000 personnes, répartis sur deux sites. Durant l’entre deux-guerres, les mines furent désaffectées. Depuis une vingtaine d’année, une association locale essaie de réhabiliter les mines et les installations pour conserver ce patrimoine historique.

Arrivé sur les lieux, au fond du vallon, j’ai l’impression de me trouver au milieu d’une piste sauvage de motocross. Pourtant un panneau rongé par l’humidité indique la direction de la Grande Roue Hydraulique, tandis qu’un autre arbore le symbole de l’information. Sur une planie de gravier, à côté d’un couvert en bois, quatre panneaux d’information, rongé par les intempéries, sont imprimés d’intéressante informations, et surtout d’une esquisse de la situation locale. Peu avant les terrils, l’entrée de l’Ancienne Galerie, connue sous le nom de Galerie des Charioteurs, est à moitié inondée. Elle servait à l’époque non seulement à extraire le minerai dans de petits chariots, mais permettait aussi l’écoulement des eaux de surfaces. Je remonte à flanc de coteau jusqu’au canal inférieur, amenant l’eau nécessaire à l’entraînement de la Grande Roue Hydraulique. Sur un replat au milieu d’une clairière, le lierre grimpe sur les vestiges d’un bâtiment. Planchers et toits ont depuis longtemps disparu, les parois décrépies laissent supposer la présence de six pièces, chacune munie de sa propre cheminée. Ce confort s’explique par la vocation de la maison, qui abritait les ingénieurs. A ses côtés une réplique à l’échelle réduite de la roue et un panneau décrivant l’ingénierie de la pompe, l’évolution et le choix des matériaux, les problèmes rencontrés.

L’ancienne maison des Ingénieurs

En redescendant au fond du vallon, je longe les vestiges d’une construction s’étalant comme un escalier géant le long du coteau. S’étalant en palier, l’Ancienne Laverie permettait de nettoyer le minerai pour éliminer la terre et le débarrasser de sa gangue. Le minerai descendait à l’étage suivant, s’écoulant à travers de gros déversoirs, dont les ouvertures sont encore visibles dans les murs. Au bout du cycle, le minerai était alors amené au Moulin de Sheider, aussi connu sous le nom de brocard, pour être broyé. la visite fut courte mais instructive, j’aurais pu y passer encore une bonne heure pour découvrir au sommet de la colline le puit Humboldt et celui de Poullaba, longer le canal supérieur et même savoir à quoi ressemble l’Aqueduc.

L’après-midi étant déjà derrière nous, il est temps pour nous de rejoindre Loperhet, où habitent les parents de Léna et chez qui je vais dormir ces prochains jours. Avant de quitter les lieux, je m’immerge une dernière fois dans le monde des légendes. Pour une dernière promenade, je remonte le long de l’enchanteresse Rivière d’Argent. Détrempé par les pluies de la journée, la terre battue du chemin s’est transformé en un sentier boueux. Dans la pénombre de fin de journée, sous le couvert de la canopée, les feuilles ont perdu leurs verdoyants éclats, d’ocre l’humus a revêtu une teinte brunâtre. Au bord du Fao, une table de pierre est composée d’un plateau rond, posée sur un fût circulaire. Les arbres plus éparses forment un cercle autour de la marre aux fées. L’eau miroite dans la lumière s’infiltrant dans cette lucarne naturelle. Les couleurs se parent de nuances plus vives, le vert pomme des brins d’herbe contraste avec la couleur alezane de la rivière. Je veux bien croire que dans ce lieu enchanteur, où murmure le gargouillis de l’eau, qu’à la nuit tombée, des fées aux longs cheveux d’or se peignent inlassablement sous la clarté de la lune.

Plus loin en amont, la Rivière d’Argent surgit d’un amoncellement de blocs granitiques. Reflétant le sol couvert de feuilles mortes et colorées par les tanins, ses eaux se parent de reflet rouge. Grimpant sur les rochers, le sentier débarque sur une plate-forme donnant sur un gouffre. Au fond, les eaux tumultueuses du Fao gargouillent entre les parois verticales. D’après la légende, Dahut, la princesse d’Ys, fille du Roi Gradlon menait alors une vie de débauche dans son château de kastell Ar Guibet, édifié sur le promontoire dominant le Gouffre. Chaque soir, elle choisissait un nouvel amant parmi les plus beaux jeunes gens du pays ou ses serviteurs. Le matin venu, elle jetterait alors le corps de son amant dans le gouffre. En visite à Ys, la ville de son père, Dahut ne réfrénait pas ses passions. Sous prétexte d’une sortie discrète, elle donnait à son amant d’une nuit un masque. Sitôt arboré, ce dernier serrait le malheureux à la gorge au point de l’étrangler. L’Homme Noir emportait alors son cadavre jusqu’à Huelgoat et le jetait dans le gouffre pour se débarrasser du corps. Pour la punir de ses cruels excès, la ville d’Ys fut détruite par les flots. Dahut, transformée en sirène par Saint-Guénolé, fut contrainte de venir chanter au Gouffre pour couvrir les plaintes de ses anciens amants. Aujourd’hui il est encore possible d’entendre les airs de la sirène. En tendant l’oreille, j’ai d’ailleurs cru discerné une douce mélopée surgir des eaux.

C’est ainsi que s’achève ma journée sur les traces d’Arthur, des Korrigans et des êtres légendaires. Sitôt arrivé à Loperhet, les retrouvailles avec Michelle et Yves, leur deux autres fils Pilou et Arnaud sont scellées avec un apéro et bon souper.

Ce diaporama nécessite JavaScript.





De retour en Bretagne

11 07 2012

Chesières, le mardi 7 août 2012

Trajet : Renens VD – Genève – Paris – Morlaix – Guiclan

Pour moi la Bretagne, et surtout le Finistère Nord, est comme mon pays d’adoption. Le mélange de sa nature fruste et sauvage, de ses côtes déchiquetées balayées par des vents iodés, submergées par des marées salées, de son architecture dur et pieuse, du tempérament breton m’ont subjugué dès ma première visite qui remonte en 1994. Alors âgé de neuf ans, mes parents nous y avait amené pour un mois complet de découverte et qui sont sans nul doute les plus belles vacances de mon enfance. En l’an 2000, nous y sommes retournés pour assister aux fêtes maritimes de Brest, et découvrir de nouveaux recoins.  Quatre ans plus tard, rebelote à l’édition suivante. Pour rien au monde, je n’aurais non plus manqué l’édition de 2008, couplée à quelques balades dans les terres et sur les côtes. Deux ans après, je suis retourné pour une semaine de navigation dans la manche entre Paimpol, Saint-Malo et Guernesey, suivi de quelques jours encore plus à l’Ouest pour saluer mes amis. Bref, depuis deux ans, il me manquait ma petite dose de légende bretonne et comme les murailles de Brest abritaient à nouveau les fêtes maritimes, j’ai décidé d’y retourner, là-bas au bout du monde dans le Finistère Nord.

Profitant autant de l’amalgame magique d’un soleil estival et  de pluies intermittentes lié intiment à l’absence de mes parents, le potager est devenu une véritable jungle, où les mauvaises herbes sont plus nombreuses que les plants comestibles, le gazon s’est transformé en un véritable pré où les dents-de-lions poussent drus. La fin précoce du périple grison m’aura permis de gagner de à m’occuper du jardin : tondre la pelouse, désherber le potager, ramasser petits fruits et légumes. Bref, deux jours plus tard il ne me reste plus qu’à faire mes valises et me préparer pour un départ matinal, prévu peu avant 5h30 mercredi matin.

Alors que j’avais prévu de rédiger mes pérégrinations bretonnes pendant le trajet, l’intrigue passionnante des Piliers des Cathédrales de Ken Follet me scotche littéralement aux lignes. Quand enfin j’arriverais à émerger de la prose – à la fin du dernier chapitre –, je me rendrais compte de l’absence de prise électrique dans les TGV. La batterie de mon ordinateur, déjà presque déchargée, ne tiendra qu’une trentaine de minutes, juste de quoi rédiger un feuillet. Qu’à cela ne tienne entre le Lonely Planet et Bretagne Insolite et Secrète, j’ai assez de lecture pour le reste du trajet.

15h34, arrivée à destination dans la gare de Morlaix. Léna m’attends sur le quai de gare, son ventre arrondi comme un globe terrestre. Chaleureuse retrouvaille sous un soleil perce pour la première fois de la journée les nuages. La Bretagne tout entière semble revivre et, abandonnant son morne manteau gris, elle se met à briller de mille feux. Quelques minutes plus tard nous arrivons au port. La ville n’a pas changé, dominée par le viaduc aux multiples arches qui enjambe le Jarlot, les veilles maisons tapissent le fond du vallon, s’accroche sur les versants. Mur de grès, encadrement de granits, toitures d’ardoises, la pierre est l’élément dominant de la construction bretonne. Ma première visite à Morlaix avait été marquée par l’adage de cette cité, maintes fois attaquée par les anglais, « S’il te morde, mords-les », ainsi que par la beauté des lieux. L’excellent souvenir que je gardais de cette cité me poussait à y revenir comme en pèlerinage.

Maison de la Duchesse Anne

Au gré des rues, j’ai retrouvé ces maisons à encorbellement, dont chaque étage supérieur est construit en surplomb du précédent, refermant peu à peu l’espace au-dessus des ruelles et les plongeant dans l’obscurité. J’ai redécouvert ces statues ornant autant les façades en bois, que les angles des maisons en pierre. J’ai revu ces maisons bretonnes du XVIIIe à la façade verticale, austère, symétrique où fenêtres et portes sont ceintes de granits. Enfin, j’ai retrouvé la Maison de la Duchesse Anne, l’un des joyaux architecturaux de Morlaix. Construite en 1539, elle servit d’hôtel particulier à une famille aisée, comme en témoigne sa situation, ainsi que la richesse de l’ornementation de la structure en pan de sa façade en bois, posée sur un premier étage en granit. A l’intérieur, le hall, de la largeur de la maison, s’ouvre sur une vaste pièce dégagée jusqu’au toit, connue sous le nom de lanterne. Ce nom provient de la suspension qui descendait depuis la charpente pour éclairer cette pièce. Une paroi de bois sombre sépare la cuisine, installée dans le prolongement, qui elle-même se termine sur une cour où se trouve un puits. Dans un des coins, les trois étages sont desservis par un escalier hélicoïdal dont le montant central, constituée d’une seule poutre, est finement ouvragé. A chaque palier, il se divise en deux desservants, côté rue les salles situées au-dessus des halles et de l’autre un pondalé menant aux pièces agencées au-dessus de la cuisine. Ce terme est la reprise bretonne du mot pont-d’alée qui désignait en français ce type de pont galerie permettant de traverser l’espace vide de la lanterne. J’arrêterais ici ma description de cette fantastique maison, de plus amples informations peuvent être glanées sur la toile. Une dernière anecdote est liée au problème d’évacuation des eaux de pluie de l’arrière-cour en raison de l’absence d’égout. Pour éviter que l’eau ne s’infiltre dans le sol et finisse par resurgir dans la cave, un caniveau longe le mur intérieur pour laisser ruisseler l’eau jusqu’à la rue.

Tout en déambulant dans les rues, nous passons devant l’église Saint-Mélaine. Je n’aurais malheureusement pas le plaisir de voir ses merveilleuses décorations de style gothique flamboyant, car l’édifice est déjà fermé. Léna tient à m’amener à l’endroit où le Jarlot disparaît, avalé par une voute, pour resurgir plusieurs centaine de mètres plus loin dans le port de Morlaix. Quelques mètres avant, sur l’autre rive, veille maison abandonnée sur l’autre rive possède un petit jardin, que la végétation a complètement envahi. A sa vue, je me demande en quelle petit coin de paradis il serait possible de la transformer.

Au lieu de suivre la route direct jusqu’à Guiclan, nous roulons le long de la rade jusqu’à Carantec. La marée basse a complètement dénudé les rives vaseuses, les balises rouges et vertes reposent à même le limon. A la pointe de Pen-al-Lann, une petite balade nous mène jusqu’au bord du rivage. La vue sur la Baie de Morlaix est magnifique. A gauche de l’Île Noir, le célèbre Château du Taureau, dessiné par Vauban, pour protéger Morlaix des anglais, dresse sa massive silhouette ovale. Un peu plus à l’Ouest, une île sur laquelle se dresse un phare. Il est depuis cette année possible de louer le temps d’un week-end la maison du gardien pour une modique somme. Toutefois, il est nécessaire de prendre son mal en patience, les réservations sont complètes presque jusqu’à la fin de l’année 2014. Encore plus à gauche, je reconnais l’île Calot, accessible avec une route submersible, la ville de Saint-Pol-de-Léon, caractéristique avec ses deux clochers.

Château du Taureau et phare de l’Île Louët

Arrivé à Guiclan, Dan, le mari de Léna, nous rejoint peu après. Il est l’heure de l’apéro pour fêter nos retrouvailles. Comme il est de mauvais ton d’être unijambiste, après un premier petit jaune, son petit frère arrive dare-dare. Après une longue soirée entre discussion, grillade, fromage et digestifs, il est temps d’aller dormir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.