Chemin de l’eau (an 2012)

8 08 2012

Chesières, le 7 août 2012

Trajet : Les Tailles – Chemin de l’Eau – Lac des Chavonnes – Les Tailles

Réveillé à 7h30, il me faudra patienter deux petites heures avant que Vanessa sorte de sa tanière et daigne monter à l’étage pour prendre le petit déjeuner. Une heure après, nous partons pour une petite randonnée le long du Chemin de l’Eau avec un retour par le lac des Chavonnes. Je ne vais pas à nouveau vous décrire la balade dans son intégrité, les paysages n’ont presque pas changé depuis l’année dernière. L’itinéraire est toujours aussi plaisant entre les épilobes poussant dans les pierriers aux pieds des falaises à pic, plongeant sur l’ubac du Chamossaire et toutes les autres espèces alpines en pleine floraison : chardon, tréfle, menthe à feuille ronde, … De plus, en traversant l’une des nombreuses zones humides, nous sommes passés à travers une véritable « grenouillère », où j’ai compté une vingtaine de jeunes et petites grenouilles.

Si la forêt autour du chalet de Vanessa a beaucoup souffert de la tempête de janvier, au premier abord, les arbres ont tenu bon le long du sentier. Seules quelques branches déjà sèches ont dû se rompre sous les assauts du vent et jonchent en plus grand nombre l’humus. Ce n’est qu’en arrivant dans la forêt du Dard, que nous observons les dégâts : de nombreux troncs se sont rompus, éclatant à ras du sol, avant de basculer dans les dévaloirs.

Arrivés au lieu-dit des Cougnons, je suis cette fois  le véritable itinéraire pédestre, au lieu d’emprunter la route sans-issue puis de crapahuter dans les champs et la forêt à la recherche d’une sente qui a disparue. Nous retrouvons les prairies marécageuses en aval de la Fontaine. La dernière fois, pour grimper jusqu’au Lac des Chavonnes, j’étais passé par la gauche pour traverser les prairies éponymes et me souvenais d’un chemin, de type muletier, qui cotait sec. Vanessa n’étant pas la plus grande randonneuse, j’ai emprunté – en espérant que le sentier serait un peu moins raide – le deuxième itinéraire remontant par la Loutze. A peine avons-nous abordé la montée que je dois me rendre à l’évidence qu’il est tout aussi ardu. Montant à travers un champ d’épilobe au sol légèrement boueux, le sentier nous fait par moment grimper sur des pierres. Pauses après pauses, pour que la demoiselle conserve son souffle, nous gagnons peu à peu en altitude. Sa motivation sera dopée quand elle verra un vieux monsieur qui gagne lentement du terrain sur notre équipée et finalement, nous le laisserons – quand même – derrière nous.

Arrivé au Lac des Chavonnes, une planche posée en équilibre sur deux rochers jouera le rôle de banc pendant que nous avalons une morce. Alors que Vanessa restaure toujours ses forces, je me glisse dans l’eau turquoise foncée du lac. Un vrai régal. La température est excellente ni trop fraîche, ni trop chaude. Une fois dehors, il nous reste plus qu’à passer le Col de Bretaye puis à redescendre jusqu’aux Tailles en suivant la route d’alpage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.